Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Fragment 1

Ce verbe, qui est vrai, est toujours incompris des hommes, soit avant qu’ils ne l’entendent, soit alors qu’ils l’entendent pour la première fois. Quoique toutes choses se fassent suivant ce verbe, ils ne semblent avoir aucune expérience de paroles et de faits tels que je les expose, distinguant leur nature et disant comme ils sont. Mais les autres hommes ne s’aperçoivent pas plus de ce qu’ils font étant éveillés, qu’ils ne se souviennent de ce qu’ils ont fait en dormant.

 

Fragment 2

Aussi faut-il suivre le (logos) commun ; mais quoiqu’il soit commun à tous, la plupart vivent comme s’ils avaient une intelligence à eux.

 

Fragment 3

(Le soleil) sa largeur est d’un pied.

 

 

Fragment 4

 

Célébrer des sacrifices sanglants ne sert pas plus à nous purifier que la boue ne laverait la tâche qu’elle a faite.

 

Fragment 5

Ils prient de telles images; c’est comme si quelqu’un parlait avec les maisons, ne sachant pas ce que sont les dieux ni les héros.

 

Fragment 6

Le Soleil est nouveau chaque jour.

 

Fragment 7

Si toutes choses devenaient fumée, on connaîtrait par les narines.

 

 

Fragment 8

 

Ce qui est contraire est utile; ce qui lutte forme la plus belle harmonie; tout se fait par discorde.

 

Fragment 9

L’âne choisirait la paille plutôt que l’or.

 

Fragment 10

Joignez ce qui est complet et ce qui ne l’est pas, ce qui concorde et ce qui discorde, ce qui est en harmonie et en désaccord ; de toutes choses une et d’une, toutes choses.

 

Fragment 11

Tout reptile se nourrit de terre.

 

Fragment 12

Tu ne peux pas descendre deux fois dans les mêmes fleuves, car de nouvelles eaux coulent toujours sur toi.

 

Fragment 13

Les porcs sont plus contents dans la boue que dans l’eau pure.

 

Fragment 14

Rôdeurs dans la nuit : les mages, les bacchants, les lènes, les mystes. Noctambules, mages, prêtres de Bakchos et prêtresses des pressoirs ; trafiquants de mystères pratiqués parmi les hommes.  

 

Fragment 15

Car, si ce n’était pas en l’honneur de Dionysos qu’ils faisaient une procession et chantaient le honteux hymne phallique, ils s’agiraient de manière la plus éhontée. Mais Hadès est le même que Dionysos, en l’honneur de qui ils tombent en démence et célèbrent la fête des pressoirs.

 

Fragment 16

Comment pourrait-on se cacher de ce qui ne se couche jamais ?

 

Fragment 17

La foule ne prend pas garde aux choses qu’elle rencontre, et elle ne les remarque pas quand on attire son attention sur elles, bien qu’elle s’imagine le faire.

 

Fragment 18

Si tu n’attends pas l’inattendu, tu ne le trouveras pas, car il est pénible et difficile à trouver.

 

Fragment 19

Ils ne savent ni écouter ni parler.

 

Fragment 20

Quand ils sont nés, ils veulent vivre et subir la mort et laisser des enfants pour la mort. (Tannery)
Quand ils naissent, ils désirent vivre et subir leur destinée -ou plutôt jouir du repos- et ils laissent après eux des enfants pour qu’ils subissent à leur tour leur destinée. (Burnet, traduit par Reymond)

 

Fragment 21

Toutes les choses que nous voyons étant éveillés sont mortes, de même que toutes celles que nous voyons étant assoupis sont sommeil.

 

Fragment 22

Ceux qui cherchent l’or fouillent beaucoup de terre pour trouver de petites parcelles.

 

Fragment 23

Les hommes n’auraient pas connu le nom de justice, si ces choses n’étaient pas.

 

Fragment 24

Les dieux et les hommes honorent ceux qui tombent dans la bataille.

 

Fragment 25

De plus grands morts gagnent de plus grandes portions.

 

Fragment 26

L’homme est allumé et éteint comme une lumière pendant la nuit.

 

Fragment 27

Les hommes n’espèrent ni ne croient ce qui les attend après la mort.

 

Fragment 28

L’homme éprouvé sait conserver ses opinions ; le châtiment atteindra les artisans de mensonge et les faux témoins.

 

Fragment 30

Ce monde-ci, le même pour tous les êtres, aucun des dieux ni des hommes ne l’a fait ; mais il a toujours été, et il est, et il sera un feu toujours vivant, s’allumant avec mesure et s’éteignant avec mesure.

 

Fragment 31

Les changements du feu sont d’abord la mer, et, de la mer, pour moitié terre, moitié prestère. La mer se répand et se mesure au même compte qu’avant que la terre ne fût.

 

Fragment 32

L’un, qui seul est sage, veut et ne veut pas être appelé du nom de Zeus.

 

Fragment 33

La loi et la sentence est d’obéir à l’un.

 

Fragment 34

Les inintelligents qui écoutent ressemblent à des sourds ; le proverbe témoigne que, tout présents qu’ils soient, ils sont absents.

 

Fragment 36

Pour les âmes, la mort est de devenir eau ; pour l’eau, la mort est de devenir terre ; mais de la terre vient l’eau, de l’eau vient l’âme.

 

Fragment 39

Dans Priène, vivait Bias, fils de Teutame, dont on parle plus que des autres.

 

Fragment 40

La polymathie n’enseigne pas l’intelligence; elle eût enseigné Pythagore, Xénophane et Hécatée.

 

 

Fragment 41

II n’y a qu’une chose sage, c’est de connaître la pensée qui peut tout gouverner partout.

 

Fragment 43

Mieux vaut étouffer la démesure qu’un incendie

 

Fragment 44

Le peuple doit combattre pour la loi comme pour ses murailles.

 

Fragment 46

La présomption est une maladie sacrée.

 

Fragment 50

Ce n’est pas à moi, mais au logos qu’il est sage d’accorder que l’un devient toutes choses.

 

Fragment 51

La guerre est père de tout, roi de tout, a désigné ceux-ci comme dieux, ceux-là comme hommes, ceux-ci comme esclaves, ceux-là comme libres.

 

Fragment 54

Il y a une harmonie dérobée, meilleure que l’apparente et ou le dieu a mêlé et profondément caché les différences et les diversités.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article