Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le prix des pâtes a sensiblement baissé. Photo DR

Le prix des pâtes a sensiblement baissé. Photo DR

Par Ryad Hamadi 14 Février 2022. TSA.

Une baisse des prix des produits alimentaires, c’est rare en ce moment en Algérie pour ne pas être signalé. Alors que l’inflation est quasi généralisée depuis quelques mois, les pâtes alimentaires ont vu leurs prix baisser subitement et sensiblement.

La « bonne nouvelle », comme la qualifie le ministère du Commerce qui l’annonce via un communiqué officiel publié dimanche 13 février, est due à une mesure gouvernementale toute simple : les prix de la matière première vendue aux producteurs sont de nouveau subventionnés.

Le même jour, le Conseil des ministres a gelé ou annulé de nouvelles taxes touchant notamment les produits alimentaires et les équipements des nouvelles technologies de la communication et annoncé la prise en charge par l’État du différentiel des prix des céréales qui connaissent une flambée sur les marchés mondiaux.

Au-delà du débat sur son caractère légal, cette mesure remet en cause les « réformes » entamées par le gouvernement Benabderrahmane. La révision du système des subventions semble abandonnée, du moins remise à plus tard.

Les prix des pâtes et du couscous ont ainsi baissé dans des proportions importantes, jusqu’à 50%, après avoir connu une hausse substantielle depuis quelques mois, ainsi que quasiment tous les produits alimentaires, viandes, fruits, légumes et autres, affectant gravement le pouvoir d’achat des ménages. Seuls les produits subventionnés ont été épargnés, à savoir le sucre, le pain, le lait et l’huile de table. Ces deux derniers produits connaissent néanmoins des tensions et des pénuries.

Dans le même temps, les salaires n’ont pas bougé, si ce n’est de manière insignifiante avec la révision du barème de l’impôt sur le revenu global (IRG).

C’est dans ce contexte difficile que le gouvernement a envisagé de revoir le système des subventions universelles à cause de leur coût pour le Trésor public, les abus générés et le fait qu’elles ne vont pas souvent à ceux qui en ont réellement besoin.

Le coût des transferts sociaux est d’environ 17 milliards de dollars par an. Rien qu’en subvention de l’huile de table, l’État a déboursé en 2021 287 milliards de dollars, selon le ministre du Commerce.

Pour réduire la facture et surtout remettre de l’ordre, le gouvernement a commencé par les céréales en prenant dès septembre 2020 un décret fixant les prix de vente des farines et semoules, suivant leur usage et leur destination (boulangeries, minoteries ou usines de pâtes alimentaires).

Il avait été constaté de graves abus comme l’exportation de pâtes fabriquées à partir de matière première subventionnée, la revente du blé comme aliment de bétail et autres. Ce décret a été ensuite annulé, trois mois après, faute de textes d’application, mais les minoteries privées ont continué à prendre des pâtes avec de la semoule non subventionnée, ce qui a occasionné une hausse des prix de ces produits qui étaient bon marché.

La hausse des prix de pétrole a peut-être tout changé

Dans la loi de finances pour 2022, débattue dans un contexte de fortes tensions et de pénuries, une clause prévoyant la révision du système des subventions a été introduite, une mesure conditionnée cependant par la mise en place d’un mécanisme de compensation financière au profit des plus démunis.

Ce qui semble maintenant un rétropédalage sur la question, du moins une remise à plus tard, peut s’expliquer par trois raisons. D’abord la difficulté de disposer dans l’immédiat du mécanisme prévu par la loi de finances, en l’absence de statistiques précises sur les franges démunies, à cause notamment de la part importante de l’informel dans l’économie nationale.

Aussi, la conjoncture sociale est plus que difficile avec un pouvoir d’achat pris entre des prix qui augmentent d’une manière vertigineuse et des salaires qui stagnent.

Si les prix venaient à augmenter davantage et si la flambée atteint les produits jusque-là épargnés grâce à la subvention, le risque pour la paix sociale est réel et justifie ce désaveu fait au gouvernement et au Parlement qui ont respectivement proposé et adopté les clauses aujourd’hui gelées ou annulées.

On ne sait pas encore si ce gel signifie remise en cause définitive, ou s’il s’agit d’une mesure conjoncturelle dictée par la hausse généralisée des prix. Le gouvernement Benabderrahmane va-t-il revoir sa copie et mettre en place de véritables réformes économiques et ne pas se contenter d’augmenter les taxes pour absorber une partie du colossal déficit interne dont souffre l’économie algérienne ?

En plus de l’impact sur le pouvoir d’achat des Algériens, taxer fortement des produits de large utilisation comme les smartphones et les PC portables reviendrait à donner un coup de pouce supplémentaire à l’informel, et surtout à compromettre la politique de numérisation, chère au président Tebboune.

En Algérie, le prix d’un PC portable coûte plus de cinq fois le salaire minimum, ce qui le rend inaccessible pour de larges franges de la société, alors qu’il est devenu, au même titre que le téléphone portable, un outil indispensable dans la vie des Algériens.

Le troisième élément qui a peut-être décidé les autorités à ajourner la réforme, c’est la récente augmentation des prix du pétrole. Le baril n’est plus très loin des 100 dollars, un seuil confortable qui permet la poursuite de la politique des subventions. Pour rappel, c’est le recul des revenus des hydrocarbures qui est à l’origine de la réforme envisagée et de toutes les taxes supplémentaires introduites.

Source : TSA-Algérie

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article