Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Décès de Ali Hocine : l'hommage du MDS

Le défunt, un ancien du Pags, a participé au congrès de dissolution de ce parti et à l'utilisation de son patrimoine pour la création d'un parti d'une autre nature, qui exclut notamment la référence communiste.

Une vie dévouée à l'Algérie et son peuple.

Par le bureau national du MDS

C'est avec une profonde douleur que je viens d’apprendre la disparition de notre camarade Ali Hocine. Nous nous étions parlé il y a trois semaines et, fidèle à ses engagements, il s’inquiétait des manœuvres du pouvoir contre le MDS, après avoir entendu des accusations graves à l’occasion d’un flash télévisé de l’ENTV.

Il était entré jeune dans les rangs du PAGS clandestin et deviendra, alors qu’il était étudiant, responsable du comité sanitaire des volontaires de la révolution agraire au sein de l’université. Il porte alors avec détermination les idéaux de progrès et s’engage pleinement dans l’édification nationale, poussant ses proches à en faire autant.

Alors que le PAGS se transforme en Ettahadi, il se retrouve membre du secrétariat exécutif du mouvement qui fait face au terrorisme islamiste et à la volonté de compromis du pouvoir.

Il est alors médecin et continue à travailler à la polyclinique de Baraki au mépris du danger. Il sera plus tard transféré au service médical de l’aéroport d’Alger où il accomplit ses tâches avec abnégation. Il ne manque pas alors de sensibiliser les jeunes qui pouvaient avoir été malmenés aux frontières par la police et qui obtenaient de lui des certificats médicaux pour dénoncer les sévices dont ils avaient été victimes. Comme il ne manque pas, non plus, d'apporter bénévolement son assistance médicale aux Patriotes en armes de Haouch Grau rassemblés autour de Mohamed Sellami.

Il gardait de sa jeunesse à El Harrach, non seulement une proximité avec les couches populaires mais aussi le regret de n'avoir pas pu faire carrière dans le dessin qu'il affectionnait. Supporter du club d'El Harrach, féru de musique chaabi et de poésie, il était aussi curieux de sciences.

Quand le MDS est créé en 1998, il accepte de continuer à assumer des responsabilités au sein de la nouvelle direction. La situation politique devient de plus en plus complexe, alors que la réconciliation nationale devient un prétexte pour démobiliser la société. Il prend alors place au sein du syndicat des praticiens de santé publique qui mène la lutte auprès de tous les segments de la société qui refusent de renoncer au changement radical. Doté d’une grande empathie, il savait être attentif aux évolutions et aux attentes de son peuple.

Au moment où El Hachemi Chérif qui dirige le MDS tombe malade puis décède, il assume les responsabilités de secrétaire général par intérim. Dans la crise qui suit, il montre une ferme résolution mais aussi une disponibilité à organiser le changement au sein du MDS. Il accepte l’idée que notre camarade Kerroumi lui succède à la tête du mouvement. Malheureusement ce dernier sera assassiné mais Ali Hocine ne contrarie pas le processus de changement à la tête du mouvement.

Quand le hirak éclate le 22 février 2019, c’est tout naturellement qu’il se retrouve au milieu des manifestants, toujours habité par l’espoir de voir triompher les idéaux de liberté et de justice pour lesquels il s’est engagé. Gloire à sa mémoire, il rejoint ceux auprès de qui il a lutté sans répit.

Source : Teguia Yacine Bureau national du MDS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article