Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Par George Monbiot, 7 octobre 2021

Chroniqueur du Guardian. Photo DR

Exploiter les gens, exploiter la terre, et garder secret son côté hideux. Ses effets historiques ne sont que trop reconnaissables dans les documents de Pandora aujourd’hui.

Chaque fois qu’il y a une fuite de documents provenant d’îles éloignées et de juridictions obscures où les riches cachent leur argent, comme cette semaine avec la publication des documents Pandora, nous nous demandons comment de telles choses ont pu arriver. Comment en sommes-nous arrivés à un système mondial qui permet le transfert de grandes richesses à l’étranger, sans imposition et à l’abri du regard du public ?

Les politiciens le condamnent comme « le visage inacceptable du capitalisme ». Mais ce n’est pas le cas. C’est le visage du capitalisme.

On peut dire que le capitalisme est né sur une île lointaine. Quelques décennies après avoir colonisé Madère en 1420, les Portugais ont mis au point un système qui différait à certains égards de tout ce qui avait été fait auparavant. En abattant les forêts qui ont donné leur nom à l’île (madeira signifie bois en portugais), ils ont créé, dans cette sphère inhabitée, une ardoise vierge – une terra nullius – dans laquelle une nouvelle économie pouvait être construite. Financés par des banquiers de Gênes et de Flandre, ils ont fait venir d’Afrique des personnes réduites en esclavage pour planter et transformer le sucre.

Ils ont développé une économie dans laquelle la terre, le travail et l’argent perdaient leur signification sociale antérieure et devenaient des marchandises négociables.

Comme le souligne le géographe Jason Moore dans la revue Review, une petite quantité de capital pourrait être utilisée, dans ces circonstances, pour s’emparer d’une grande quantité de richesses naturelles. Sur le riche sol de Madère, en utilisant l’abondant bois comme combustible, le travail des esclaves a atteint une productivité inimaginable auparavant. Dans les années 1470, cette île minuscule est devenue le premier producteur mondial de sucre.

L’économie de Madère présentait également une autre caractéristique qui la distinguait de ce qui l’avait précédée : la vitesse étonnante à laquelle elle utilisait les richesses naturelles de l’île. La production de sucre a atteint son apogée en 1506. En 1525, elle avait chuté de près de 80 %. Moore pense que la raison principale en est l’épuisement des réserves de bois accessibles : Madère n’avait plus de madeira.

Il fallait 60 kg de bois pour raffiner 1 kg de sucre. Comme le bois devait être coupé dans des régions de l’île de plus en plus escarpées et éloignées, il fallait davantage de main-d’œuvre esclave pour produire la même quantité de sucre. En d’autres termes, la productivité du travail s’est effondrée et a été divisée par quatre en 20 ans. À peu près au même moment, le défrichement de la forêt a conduit plusieurs espèces endémiques à l’extinction.

Dans ce qui allait devenir le cycle classique d’expansion, de contraction et de disparition du capitalisme, les Portugais ont déplacé leurs capitaux vers de nouvelles frontières, établissant des plantations de sucre d’abord à São Tomé, puis au Brésil, puis dans les Caraïbes, épuisant à chaque fois les ressources avant de passer à autre chose. Comme le dit Moore, la saisie, l’épuisement et l’abandon partiel de nouvelles frontières géographiques sont au cœur du modèle d’accumulation que nous appelons capitalisme.

Les crises écologiques et de productivité comme celle de Madère ne sont pas des résultats pervers du système. Elles sont le système.

Madère s’est rapidement tournée vers d’autres produits, principalement le vin. Il ne faut pas s’étonner que l’île soit aujourd’hui accusée de fonctionner comme un paradis fiscal, et qu’elle ait été mentionnée dans le reportage de cette semaine sur les documents Pandora. Que peut faire d’autre une île écologiquement épuisée, dont l’économie dépendait du pillage ?

Dans Jane Eyre, publié en 1847, Charlotte Brontë tente de décontaminer la fortune inattendue de Jane. Elle a hérité l’argent de son oncle, « M. Eyre de Madère » ; mais, St John Rivers l’informe qu’il est désormais investi dans des « fonds anglais ». Cela a également pour effet d’éloigner son capital de celui d’Edward Rochester, entaché par son association avec une autre île sucrière épuisée, la Jamaïque.

Mais qu’étaient, et que sont, les fonds anglais ? En 1847, l’Angleterre est au centre d’un empire dont les efforts capitalistes ont depuis longtemps éclipsé ceux des Portugais. Pendant trois siècles, elle avait systématiquement pillé d’autres nations : elle s’emparait des populations africaines pour les forcer à travailler dans les Caraïbes et en Amérique du Nord, drainait les étonnantes richesses de l’Inde et extrayait les matériaux dont elle avait besoin pour alimenter sa révolution industrielle par le biais d’un système de travail sous contrat qui se distinguait souvent à peine de l’esclavage pur et simple. Lorsque Jane Eyre a été publié, la Grande-Bretagne venait de conclure sa première guerre de l’opium contre la Chine.

Le financement de ce système de vol mondial nécessitait de nouveaux réseaux bancaires.

Ceux-ci ont jeté les bases du système financier offshore dont les réalités macabres ont été à nouveau exposées cette semaine. Les « fonds anglais » n’étaient qu’une destination pour l’argent fabriqué par l’économie coloniale consommatrice de monde appelée capitalisme.

Dans la délocalisation de l’argent de Jane, nous voyons le fossé entre la réalité du système et la façon dont il se présente. Presque dès le début du capitalisme, des tentatives ont été faites pour l’assainir. Les premiers colons de Madère ont créé un mythe d’origine, selon lequel l’île aurait été consumée par un incendie sauvage qui aurait duré sept ans et qui aurait rasé une grande partie de la forêt. Mais cette catastrophe naturelle n’a pas eu lieu. Les incendies ont été allumés par des personnes. Le front de feu que nous appelons capitalisme a brûlé à travers Madère avant que les étincelles ne sautent et n’illuminent d’autres parties du monde.

La fausse histoire du capitalisme a été formalisée en 1689 par John Locke, dans son Second traité du gouvernement. « Au commencement, le monde entier était l’Amérique », nous dit-il, une ardoise vierge sans peuple dont la richesse était juste là, prête à être prise. Mais contrairement à Madère, l’Amérique était habitée, et les indigènes devaient être tués ou réduits en esclavage pour créer sa terra nullius. Selon lui, le droit au monde s’établit par le travail : lorsqu’un homme a « mêlé son travail » aux richesses naturelles, il « en fait ainsi sa propriété ». Mais ceux qui ont revendiqué de grandes quantités de richesses naturelles n’y ont pas mêlé leur propre travail, mais celui de leurs esclaves.

Le conte de fées justificatif que le capitalisme raconte sur lui-même – on devient riche en travaillant dur et en entreprenant, en ajoutant de la valeur aux richesses naturelles – est le plus grand coup de propagande de l’histoire humaine.

Comme l’explique Laleh Khalili dans la London Review of Books, l’économie coloniale extractive n’a jamais pris fin. Elle se poursuit par le biais de négociants en matières premières qui travaillent avec des kleptocrates et des oligarques, s’emparant des ressources des nations pauvres sans les payer, à l’aide d’instruments astucieux tels que les « prix de transfert ». Elle persiste à travers l’utilisation de paradis fiscaux offshore et de régimes de secret par des élites corrompues, qui drainent les richesses de leur nation puis les canalisent dans des « fonds anglais », dont la propriété réelle est dissimulée par des sociétés écrans.

Le front de l’incendie fait toujours rage dans le monde, brûlant les populations et les écosystèmes. Bien que l’argent qui l’allume puisse être caché, on peut le voir incinérer chaque territoire qui possède encore des richesses naturelles inexploitées : l’Amazonie, l’Afrique occidentale, la Papouasie occidentale. Lorsque le capital n’a plus de planète à brûler, il s’intéresse aux grands fonds marins et commence à spéculer sur la possibilité de se déplacer dans l’espace.

Les désastres écologiques locaux qui ont commencé à Madère se transforment en désastres mondiaux. Nous sommes recrutés en tant que consommateurs et consommés, brûlant nos systèmes de survie au nom d’oligarques qui gardent leur argent et leur moralité à l’étranger.

Lorsque nous voyons les mêmes choses se produire à des milliers de kilomètres de distance, nous devrions cesser de les traiter comme des phénomènes isolés et reconnaître le modèle. Tous les discours sur la « domestication » et la « réforme » du capitalisme reposent sur une idée erronée de ce qu’il est. Le capitalisme est ce que nous voyons dans les journaux de Pandora.

Source : Blog de Paul Jorion

Article original du Guardian : Trashing the planet and hiding the money isn’t a perversion of capitalism. It is capitalism

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article