Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Parmi eux, deux dirigeants de mouvements kabyles .

24 Juillet 2021

La déclaration de l’ambassadeur du Maroc à l’ONU à propos de la Kabylie continue de susciter des réactions en Algérie, jusque parmi les militants kabyles en détention.

Mercredi 14 juillet, le diplomate marocain avait distribué aux représentants des États membres du mouvement des non-alignés une note dans laquelle il est fait état du soutien marocain à un prétendu droit du peuple Kabyle à l’autodétermination.

Ce samedi 24 juillet, c’est au tour de cinq militants kabyles de réagir, se démarquant de ce qu’ils qualifient de tentative « d’instrumentaliser la Kabylie ». Il s’agit de Bouaziz Aït Chebib, Belaïd Amar-Khodja, Hocine Azem, Boussad Becha, et Hamou Boumediene, qui ont été placés sous mandat de dépôt le 27 juin par un juge du tribunal de Draâ El Mizan (Tizi-Ouzou). La mesure de leur incarcération a été confirmée le 12 juillet par la chambre d’accusation de la Cour de Tizi-Ouzou. Ils sont poursuivis entre autres pour « atteinte à l’unité nationale ».

 Les cinq détenus ont fait parvenir à l’opinion publique, par le biais de leur avocat Mokrane Aït Larbi, une déclaration dans laquelle ils réaffirment leur attachement à leurs « convictions politiques », dénoncent leur « détention arbitraire » et condamnent « les déclarations d’officiels marocains ».

« Détenus depuis le 27 juin 2021 avec des inculpations surréalistes, nous réaffirmons avec force les convictions politiques plurielles que nous avons toujours défendues publiquement et pacifiquement. Dans leur diversité, ces opinions relèvent du débat citoyen et non de la justice pénale. Nous dénonçons notre détention arbitraire qui viole les principes fondamentaux du droit. Nous condamnons les déclarations d’officiels marocains qui tentent d’instrumentaliser la Kabylie, son histoire, ses luttes, ses militants et ses détenus dans des rééquilibrages géopolitiques qui ne les concernent pas », écrivent-ils.

Parmi les cinq militants, deux sont des dirigeants de mouvements kabyles. Bouaziz Aït Chebib est président de l’Union pour une république kabyle (URK), mouvement qu’il a fondé après sa démission du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), dont il a été président entre 2011 et 2016. Hamou Boumediene est membre fondateur et président du Rassemblement pour la Kabylie (RPK), un mouvement qui revendique un statut spécial pour la Kabylie.

Source : TSA-Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article