Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"L'INVENTION DU MAGHREB". Note de lecture par Kitouni Hosni.

Vient de sortir en anglais ( Mai 2021) le dernier livre de l’anthropologue algérien Abdelmajid Hannoum , professeur associé à l’Université du Kansas ( USA) sous le titre The Invention of the Maghreb, chez Cambridge University Press, 320 pages.

25 juin 2021

Sous la domination coloniale française, la région du Maghreb est apparue comme distincte de deux autres entités géographiques qui, elles aussi, sont des inventions coloniales : le Moyen-Orient et l'Afrique. Dans ce livre, Abdelmajid Hannoum démontre comment l'invention du Maghreb participe d'un discours coloniale dont les effets continuent jusqu'après les indépendances.

Le sommaire des 6 chapitres qui le composent :

chapitre 1 s'intéresse à la manière dont l'archéologie a participé à l'invention du Maghreb. Si les cartes ont fourni la forme de la région, l'archéologie fournit le contenu de cette forme. Les archéologues coloniaux ont mis l'accent sur le passé romain, avec ses monuments et ses objets, à partir duquel ils ont créé toute une tradition narrative qui relie la région à un passé particulier, de la même manière que la France était reliée à Rome.

L'archéologie fournit les moyens par lesquels la région a été inventée comme un espace romain et donc occidental, non séparé de l'Europe dans le passé, et rattaché à elle dans le présent.

Chapitre 2 : la trace et ses récits : Ce chapitre s'intéresse à la fois à la langue et à la pensée raciale et à la manière dont l'une a influencé l'autre. La race était une catégorie importante de la modernité coloniale utilisée pour concevoir les autres peuples par rapport à l'Europe et par rapport à eux-mêmes.

L'introduction de la pensée raciale était donc une manière significative de reconfigurer la population non seulement du Maroc ou même de toute la région de l'Afrique du Nord, mais aussi les populations qui les entouraient, dans ce qui est devenu connu sous le nom d'Afrique noire à l'ouest et le Moyen-Orient arabe à l'est. En raison de la fluidité des conceptions coloniales de la race, la langue est devenue un marqueur important de la race dans la région.

Ainsi, l'opposition construite entre Berbères et Arabes était également perçue comme une relation linguistique imposée comme antagoniste et hégémonique.

chapitre 3 : Dans la présentation des chapitres par l'éditeur celui-ci manque

chapitre 4 : examine la dynamique et la politique des noms et des dénominations dans la région. Il examine également les récits historiques fondateurs qui ont créé le concept de Maghreb.

Même si les auteurs coloniaux ont inventé plusieurs noms pour désigner la région, deux noms ont prévalu à l'apogée de la domination coloniale dans les années 1930 : l'Afrique du Nord et le Maghreb. L'historiographie de la région l'a également isolée de manière à la distinguer de la partie occidentale de l'Afrique et de la partie orientale qui, en 1916, était connue, dans le contexte de la domination britannique, comme le Moyen-Orient.

Mais le processus de création du Moyen-Orient et plus particulièrement de l'Égypte en tant que région distincte a commencé avec l'expédition de Napoléon, alors que l'invention du Maghreb a été entreprise de manière intensive après 1870 avec la fondation d'un État historiographique politiquement expansionniste et culturellement hégémonique. Le chapitre examine également comment l'Afrique de l'Ouest a été isolée de la région du Maghreb.

Chapitre 5 : Dans ce chapitre, l'auteur soutient que l'invention du Maghreb a été imposée et acceptée par les politiciens et idéologues locaux malgré leur opposition farouche au discours colonial et à son régime de vérités.

Le discours colonial, affirme-t-il encore, parce qu'il était un discours de puissance impressionnante, ne pouvait être combattu sans être reproduit.

L'auteur considère plusieurs grands réformateurs musulmans, auteurs d'une historiographie moderne qui s'engage contre le discours colonial, pour montrer que malgré le renversement des vérités historiographiques, le discours musulman est produit comme un discours colonial, avec une logique qui confirme la représentation coloniale. Le discours du nationalisme renforce encore cette représentation. Cependant, l'invention du discours national n'est pas une réplique du discours colonial, mais une variante qui est devenue une version officielle de l'État dans la région.

Chapitre 6 : Dans ce chapitre, l'auteur soutient que malgré l'invention de la région en tant qu'unité géographique unique, elle est caractérisée par des fissures nées du processus même de l'invention coloniale.

L'auteur aborde trois d'entre elles : le problème des frontières, en particulier l'épineux problème du Sahara occidental ; le problème des formations raciales de la population, en particulier la division raciale de l'Arabe contre le Berbère ; et les problèmes linguistiques qui opposent également l'Arabe au Berbère et non pas de manière binaire, mais de manière trinaire, puisque le français est une langue hégémonique qui régit les deux.

Ces trois problèmes majeurs de la région, selon l'auteur, ne peuvent être correctement débattus, et encore moins résolus, sans tenir compte de l'invention coloniale de la région.

Source : Facebook

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article