Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Chronique de Sylvie Kauffmann, 9 juin 2021. Le Monde

Dans une brève tribune publiée dimanche 6 juin par le Washington Post, le président Joe Biden explique ce qu’il vient faire en Europe, qui l’accueille du 11 au 16 juin pour son premier voyage à l’étranger depuis son élection : « Rassembler les démocraties du monde autour de l’Amérique. » Le mot « démocratie » ou « démocratique » apparaît pas moins de treize fois dans le texte.

(…)

C’est un vrai retournement de situation. Au début des années 2000, encore poussés par le vent de l’histoire qui les avaient vus triompher de la guerre froide, les Etats­Unis considéraient que la démocratie non seulement s’exportait, mais pouvait même être imposée, comme un antidote aux attaques du 11­Septembre.

Le fiasco irakien a prouvé le contraire et signé le début de la fin des aventures extérieures. La crise financière de 2008 a ébranlé le modèle. L’Amérique de Joe Biden, désormais, est sur la défensive. Elle a besoin de rassembler autour d’elle ce qui reste de démocraties. Certains de ses amis, en Europe, ont la nostalgie de l’Occident et du temps où tout était plus clair.

En février 2020, la Conférence de Munich sur la sécurité, désorientée par quatre ans de trumpisme, avait pris pour thème « l’absence d’Ouest »Westlessness »), puis, cette année, rassurée par Joe Biden, elle a cherché à dépasser ce vide (« Beyond Westlessness »).

A l’Elysée, on constate chez le président démocrate « une volonté de revitaliser l’Alliance ». Revitaliser la démocratie serait aussi une bonne idée. Plusieurs enquêtes d’opinion menées ces dernières semaines auprès des Européens relèvent que la confiance de ces derniers dans les Etats­-Unis a été durablement entamée. « Il n’y a pas eu d’effet Biden comme il y avait pu y avoir un effet Obama après Bush », note l’ONG German Marshall Fund, au terme de son étude transatlantique annuelle. La Chine, qui se voit en modèle alternatif, défie l’influence des Etats-­Unis sur la scène mondiale.

Une autre tendance, que l’on trouve dans l’Eurobaromètre du Parlement européen et dans une étude de l’European Center on Foreign Relations (ECFR), confirme l’adhésion des Européens à un rôle accru de l’Union européenne et leur attachement à ses valeurs fondamentales, telles que la démocratie, l’Etat de droit et les droits humains. Ils soutiennent la politique de partage des vaccins contre le Covid­19 avec les pays en développement, la lutte contre le dérèglement climatique et la régulation des plates­formes numériques pour combattre la haine en ligne : autant de chantiers que les Etats-Unis rejoignent tardivement. L’Ouest se cherche, mais la boussole n’est pas perdue.

* Géopolitique. Chronique du Monde daté du 10 juin 2021

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article