Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

J'ai lu cette phrase ce matin sur Facebook, dans un post de Mohamed Lakhdar Maougal, professeur émérite à l'école nationale supérieure de journalisme et des sciences de l'information (ENSJSI). Un peu énigmatiquement, Il propose des lignes de clivage pour analyser les tendances d’évolution dans la mouvance islamiste et dans le régime.

 

BONJOUR : NON AUX PRÉJUGÉS !!!

Par Mohamed Maougal, 6 avril 2021

Mr MERANI, dont j'ai découvert le nom lors de la décennie 90, s'était distingué à mes yeux par son courage d'avoir dénoncé la violence génocidaire (des terroristes et des éradicateurs). Son positionnement était devenu encore plus énigmatique à mes yeux dès lors que le deuxième membre fondateur du F.I.S, Hachani, fut abattu.

Il apparaissait alors que des tendances commençaient à se dessiner dans la mouvance islamiste radicale. J'ai commencé pour ma part à cette époque déjà à comprendre (je crois) que la disjonction au sein du salafisme résultait de la séparation de l'islamisme nationaliste (Hachani-Merani) de la tendance salafiste communautariste (Internationale Islamiste (I.I.) gérée par les saoudiens et les émiratis avec des épigones locaux.

Cette fracture exposait publiquement et presqu'ouvertement une réalité nouvelle derrière laquelle se profilait subrepticement une espèce de même fracture plus discrète mais perceptible à l'analyse critique entre deux tendances lourdes mais effacées au sein de la ''Grande Muette'' entre ceux qui affichaient leur attachement patriotique au modèle boumédiénisme avec plus ou moins d'ouverture sur le marché mondial d'une part et ceux qui s'étaient alliés (matrimonialement et mercantilement) à l'Internationale Affairiste, la sœur jumelle de '' l' I. I. '' d'autre part.

Quid de Hachani et de Merani ?

Hachani a été assassiné et cette affaire a été étouffée. On n'en saura rien pour encore bien longtemps !

Merani, qui vient de se produire sur la Chaîne Essalem -TV - dans une émission (‘'Al 3ulba essawda'' -- La boite noire-- excellente métaphore empruntée à la mécanique aéronavale) m'a permis ce matin, très tôt- de commencer à comprendre certaines choses de ce qui se passe encore et toujours sous nos yeux éberlués.

Sans complexe ni maniérisme théâtral, Merani verse aux comptes -gouttes, des informations intéressantes et d'autres qui prennent l'allure de révélations de ce qu'on savait déjà dans le secret du système et surtout de son système judiciaire corrompu et mercenaire qui peine à faire sa mue, malgré les efforts de l'actuel ministre dont Merani ne dit pas de mal et attend sans doute des actions de curetage d'un milieu judiciaire qui serait encore dominé par une espèce de soumission aux politiques et aux hommes d'affaires.

Bien des exemples de situations révélatrices ont été données jusqu'aux comportements calculés et prudents des agents de l'exécution des ordres iniques des procureurs aux ordres du politique et du monde des affaires. Le comportement de ces agents de l'ordre public sur commande est alors révélé par Merani sans détour et confirme ce que beaucoup d'Algériens ont vécu, vivent encore et ne vivront plus -c'est à espérer- des duplicités d'agissements souvent mues et imposées par le ou les statut(s) de l'interpellé (e) qui selon ce qu'il est ou risque d'être se verra traité avec calcul se modulant sur la cruauté ou la semi-complicité. C'est selon !

Je serai intéressé d'en savoir plus et davantage sur ce diseur de vérités mêmes timides. MERCI PAR AVANCE

Source 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article