Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

19 avril 2021, Facebook

Nouredine Bouderba, spécialiste des questions sociales

Vous voulez appauvrir d'avantage les Algériens. Mais de grâce ne les prenez pas pour de pauvres d'esprit

Sous le titre " Surconsommation du pain, du lait et du sucre 60% des produits gaspillés sont subventionnés" El Watan de ce jour, 19/04/2021, s'illustre encore un fois dans la campagne contre les subventions alimentaires. Ce quotidien a le droit d'avoir sa propre ligne éditoriale qui défend les intérêts de ses patrons et de ses bailleurs de fond sous forme de publicité. Mais là ou le bât blesse c'est lorsqu'il recourt aux contre-vérités et des drôles de sources statistiques pour le faire. Car en le faisant il prend les Algériens pour ce qu'ils ne sont pas.

Bien que la totalité des chiffres et des statistiques avancés dans cet article n'ont rien à voir avec la réalité je me contente de trois d'entre eux pour illustrer la pauvreté et même l'ineptie des arguments avancés.

1- l'article affirme "A titre illustratif, rien que pour le sucre, les Algériens consomment 3 fois plus de sucres que la moyenne mondiale : 30 kg/hab/an au lieu de 10 kg/hab/an. Ce qui fait flamber les importations". fin de citation.

Cette affirmation est complétement erronée puisque selon les dernières statistiques de la FAO disponibles sur son site " la consommation des sucres en Algérie, en 2018, s'est élevée à 29,77 Kgs par habitant par an contre 35 kgs au Maroc et en Tunisie, 63 kgs en Egypte et 43 kgs en France". La moyenne européenne et de 50 kg/pers/an et la moyenne mondiale est de 32 kgs par personne et par an et non de 10 kgs comme affirmé par ce "spécialiste" (FAO 2021 - données 2018- compilation des données : Bouderba Nouredine).

Avouons qu'entre 10 kg et 32 kg la différence est plus qu'importante et constatons que' l'algérien consomme en moyenne moins que la moyenne consommée dans le monde.

2- la journaliste cite l'Union nationale des commerçants et artisans algériens (l’UGCAA ) qui s'attaque aux subventions pour ne pas avoir à payer d'impôt. Ainsi lorsque cette presse anti subvention ne recourt pas aux sources de la société d’enlèvement des ordures pour quantifier le gaspillage des produits alimentaires c'est aux commerçants qu'elle recourt. En quoi cette union est qualifiée pour nous abreuver de ces statistiques imaginaires? Donc selon la journaliste l'UGCAA "avait chiffré les pertes de lait en 2015 à 12 millions de litres pendant le seul mois de Ramadan". "Alors que les importations en lait et produits laitiers dépassent annuellement un milliard de dollars".

Admettons un moment que ces chiffres sont justes et voyons ce qu'ils veulent dire. 12 millions de litres de lait gaspillés en un mois nous donne 0,009 litre par habitant et par jour de gaspillé. C'est à dire que chaque citoyen gaspille en moyenne moins de 1 centilitre par jour ! Au lecteur de conclure.

3- l'article cite un "spécialiste" qui affirme "«Le pain est parmi les aliments les plus gaspillés, selon une étude menée en 2015 dans plusieurs pays arabes méditerranéens : 20% du pain et des produits céréaliers achetés sont jetés, suivis par les légumes et les produits laitiers», soutient Aïssa Abdelguerfi, professeur d’université qui évaluera à 340 millions de dollars par an le coût des millions de baguettes jetées quotidiennement." avant de conclure "qu'il y a nécessité d’aller vers des subventions ciblées comme c’est le cas en Egypte".

Premièrement : en admettons qu'effectivement l'algérien jette 20 % du pain et des céréales qu'il achète (ce qui n'est pas vrai car les études faites concernent le gaspillage total en amont de la consommation, c'est à dire durant les phases production, stockage, transport, distribution et commercialisation ainsi que durant la consommation) le cout des baguettes jetées quotidiennement serait, dans ce cas deux fois supérieur au montant de 340 millions de dollars qu'il avance. Au moins qu'ils accordent leurs chiffres.

Deuxièmement : En concluant "qui il y a nécessité d’aller vers des subventions ciblées comme c’est le cas en Égypte" ce spécialiste nous donne le droit de comprendre qu'en Égypte il n'y a pas de surconsommation et de gaspillage. Voyons ce qu'il en est réellement :

En 2018 un Égyptien consomme , en moyenne, 63 kg de sucre par an contre 29,77 kg pour un Algérien, 254 kg de céréales (tous céréales confondus à l'exclusion des bières) contre 218 kg pour un Algérien, 105 kg de fruits contre 102 kg pour un Algérien. Il n'y a que le lait que l'Algérien (avec 73 kg/an) consomme plus que l’Égyptien (36 kg/an). Mais ce qui est très important de savoir c'est que l'Algérien ne consomme que 24 kg de viande et de poisson par an contre 54 kg pour un Égyptien. (FAO 2021 - données 2018 - compilation des données : Bouderba Nouredine).

Source : Facebook

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article