Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Nime est dessinateur, créateur de bandes dessinées et ex-détenu d’opinion

Entretien par Akli Rezouali, 24 février 2021

Liberté :  Quels sentiments et quelle attitude profonde peuvent susciter le fait de se voir emprisonné et privé de liberté pour avoir esquissé et publié de simples dessins exprimant une opinion politique ?

Nime : Depuis toujours, l’inspiration pour mes bandes dessinées émane de mon entourage proche et de mes expériences en tant qu’Algérien vivant en Algérie.  J’ai toujours aimé retranscrire à ma manière les choses dont j’ai pu être témoin, de façon plus ou moins caricaturale et humoristique. Lorsque le Hirak est né, j’ai donc, tout naturellement, éprouvé le besoin de dessiner mon ressenti et de l’illustrer sous forme de bandes dessinées, comme je l’ai toujours fait avec bon nombre de sujets auparavant.

Or, étant donné que le Hirak était un mouvement national, mes illustrations concernant la politique à ce moment donné ont suscité l’intérêt de beaucoup d’Algériens qui s’y sont reconnus et qui se les sont appropriées en les brandissant pendant les manifestations pacifiques et en les repostant en exprimant leurs propres opinions sur les réseaux sociaux.

Si par la suite j’ai été la cible des autorités, c’est parce que j’ai été considéré comme un meneur de foules, alors que mon seul et unique but était de retranscrire mon ressenti et le ressenti général des Algériens à cette période précise, au travers de mes dessins. De dessinateur j’étais donc devenu, aux yeux des autorités, un agitateur, et cela m’a valu de m’attirer les foudres de certaines personnalités au pouvoir.

Comment appréhendez-vous désormais votre qualité d’artiste engagé après une expérience douloureuse d’emprisonnement injustifié ?

J’y ai vu une grande injustice et surtout une volonté de faire taire ceux qui pouvaient inspirer non pas seulement par les mots mais encore par l’art et l’action.

Lorsque les gens ont commencé à se reconnaître dans mes dessins, sans que j’aie besoin de les expliquer, mais juste avec une illustration frappante et porteuse de sens, la limite était considérée comme franchie et j’ai dû, dès lors, être écarté et sanctionné. Autant avant je dessinais pour m’exprimer, autant après mon arrestation j’ai compris que, pour eux, mes dessins étaient une arme qui me rendait dangereux à leurs yeux. 

Donc, bien que j’aie été attristé et choqué de ce que j’ai dû endurer pour quelques dessins, s’il y a bien quelque chose qu’ils m’ont fait comprendre, c’est que des dessins peuvent être tout aussi puissants et efficaces pour faire passer un message que les grands discours, surtout lorsqu’ils véhiculent un message juste et clairvoyant qui parle au peuple.

Que vous inspirent aujourd’hui le mouvement du Hirak et, au-delà, les revendications et les aspirations de libertés, de justice et d’État de droit ?

Pour moi, le mouvement du Hirak pacifique est un devoir de citoyenneté, une porte d’espoir qui s’ouvre sur l’un des chemins les plus sûrs à parcourir pour le changement… Le mouvement a officiellement été reconnu par les autorités et a même eu ironiquement sa place dans la Constitution qui a été révisée récemment. 

Mais officieusement, si vous faites partie des   personnes   actives qui encouragent ce mouvement et qui continuent de demander le changement, vous risquez d’être la cible de menaces et d’intimidations. Le Hirak est, oui, toléré, mais les actes d’engagement jugés très influents sur les citoyens par le gouvernement ne sont pas permis et sont donc sévèrement punis.

L’art   doit-il, selon vous, être engagé   par   essence ;   surtout en situation de révolte populaire et de luttes collectives contre des dérives autoritaires de gouvernants ?

De mon point de vue, l’art est avant tout un moyen d’expression qui reflète les principes et les positions de chaque individu ou artiste.  Qu’il soit engagé ou pas, cela dépend plus des personnes que de l’art lui-même. 

Personnellement, même si l’expérience que j’ai vécue a été douloureuse moralement et que le sentiment d’injustice est encore bien présent dans mon esprit, je sais avec certitude que si c’était à refaire, je referais exactement la même chose. Je n’y changerai absolument rien !

Il est vrai qu’avoir été emprisonné pour des idées et pour avoir défendu les valeurs de son pays est une épreuve des plus douloureuses. Mais si c’est le prix à payer pour espérer voir naître une Algérie jeune, neuve, saine, pleine d’espoir et de potentiel, c’est sans la moindre hésitation que je continuerai à y contribuer.

 Source : Liberté-Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article