Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Pourquoi se sont-ils réunis ? Le tribunal militaire ne répond pas.

Après le déclenchement du Hirak, le patron des services secrets militaires de 1990 à 2015 et son remplaçant veulent organiser la transition vers l’après Bouteflika. Ils se réunissent clandestinement avec Saïd Bouteflika le chef d’un clan présidentiel déstabilisé par le mouvement populaire.

Ils associent à leurs conciliabules Louisa Hanoune, leader « gauchiste » assermentée par le système depuis deux dizaines d’années.

Non seulement l’armée d’active est écartée de ce plan, mais selon les charges présentées par le procureur, Saïd Bouteflika fait signer à son frère impotent un décret limogeant le chef d’Etat major Gaïd Salah.

Me Ksentini avocat de Toufik et locataire du sérail, claironne : « J’ai toujours dit que ce dossier était vide. Trois personnalités se sont réunies à une période sensible du pays pour discuter, il n’y a rien de plus normal. Pour ce qui est de mon client (le général Toufik), il a été invité compte tenu de son expérience et il a émis le vœu de voir Zeroual être élu à la présidence de la République. »

« Pourquoi se sont-ils réunis ? s’interroge ce matin Chawki Ammari dans son billet d’El Watan. On ne le saura pas précisément. « Ce qui m’a amené ici, ce sont les choses dont je ne pourrais parler aujourd’hui», a expliqué le général Toufik, ajoutant un énigmatique «un jour peut-être, mais pas ici». Où alors ? En Allemagne, dans un journal algérien, dans ses mémoires ou dans les sous-sols de Dar El Afia ? Ce qui amène l’autre question, le général Toufik a-t-il déclenché le hirak, ou a-t-il été surpris par lui ? On le saura un jour, mais pas ici. »

À la question de savoir si la décision de samedi pouvait augurer d’un changement dans les procès où sont impliqués les anciens ministres, Kstentini répond : « Les peines démesurées devraient être ramenées à des peines plus raisonnables, l’essentiel est la récupération de l’argent et des biens mal acquis. Pour les peines de prison, il faut rester dans le raisonnable ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
1990 à 2015....quelle ère pour l'Algérie ? Le mieux c'est la récupération de l'argent et des biens mal acquis, franchement Mr Ksentini, y'a de quoi pleurer et même s'arracher les cheveux de dépit, vu notre situation.
Répondre