Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Licencier comme on veut, refuser la création de syndicats indépendants. Ce sont les deux valeurs sociales que le groupe étranger Daewoo partage à Médéa avec le groupe Cevital à Béjaïa. Les travailleurs ne veulent plus se laisser faire.

Ville nouvelle de Boughezoul à Médéa. Les travailleurs maintiennent leurs revendications.

Par M. El Bey, 10 janvier 2021

Le conflit qui oppose depuis plusieurs semaines le groupe Daewoo chargé du projet de réalisation de la ville nouvelle de Boughezoul et les travailleurs du chantier s’est encore exacerbé après le rejet de la plateforme de revendications socioprofessionnelles et la création d’une section syndicale affiliée à l’UGTA par la direction du Groupe.

À la suite de la marche des travailleurs de la base de vie du chantier jusqu’au siège de la wilaya où ils ont organisé un sit-in, le 3 janvier 2021, afin d’exiger que leur soit reconnu le droit de créer une section syndicale et pour demander la réintégration de tous les travailleurs licenciés. 

Une réunion a été organisée le même jour au niveau du cabinet du wali.
La réunion, à laquelle a pris part le wali en personne, a vu la participation de toutes les parties concernées, à savoir le DG du groupe Daewoo, le directeur de l’Établissement public de la ville nouvelle de Boughezoul, le directeur de l’habitat, le directeur de l’emploi, le chef de la daïra de Chahbounia, le P/APC de Boughezoul, l’inspectrice de wilaya du travail, le représentant du bureau de wilaya de l’UGTA, les représentants des travailleurs...

Après échanges entre les différentes parties, le DG du groupe coréen a donné son aval pour la réintégration de 229 travailleurs sur plus de 400 licenciés, mais s’est ravisé par la suite en leur proposant des contrats d’une durée d’un mois, mesure qu’il a justifiée par “des contraintes d’ordre économique” et la “fin proche du chantier”, indique-t-on.  

Selon les représentants des travailleurs, le patron du Groupe a non seulement refusé d’intégrer les travailleurs licenciés, mais a encore opposé une fin de non-recevoir à leur demande d’indemnisation. Une commission composée de représentants de la wilaya a été dépêchée, le 5 janvier 2021, sur les lieux, afin de convaincre les travailleurs en grève devant l’entrée de la direction du Groupe depuis plus de 50 jours à accepter la proposition de réintégration de 229 travailleurs.

Ces derniers ont conditionné l’acceptation de la proposition en échange de la reconnaissance de leurs droits socioprofessionnels et leur section syndicale affiliée à l’UGTA, quite à réduire l’effectif des travailleurs devant être réintégrés par la direction du Groupe.

Source : Liberté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article