Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les grands quotidiens « indépendants », placés sous la protection bienveillante du DRS, depuis leur création au début des années 90, semblent attendre avec impatience la réhabilitation de Toufik et Tartag condamnés par le tribunal militaire de Blida pour leur tentative de d'organiser secrètement la succession de Bouteflika. 

« Khaled Nezzar est rentré au pays : L’accusation de complot abandonnée ? » titrait hier El  Watan dont la journaliste vedette Salima Tlemçani conclut : « Pour les plus avertis, le retour de Nezzar était prévisible. Tout porte à croire que l’on se dirige, progressivement, vers la levée de l’accusation de «la théorie» du «complot contre l’autorité de l’Etat et de l’armée», sur laquelle repose l’affaire jugée par le tribunal militaire de Blida et que la Cour suprême a renvoyée devant la même juridiction, autrement composée, pour un autre procès».

« L’information divulguée par notre confrère El Watan fait état de son retour, il y a une dizaine de jours déjà, tandis que d’autres sources affirment qu’il est rentré bien avant » commente Karim Kebir qui consacre le lendemain une longue analyse à « l’événement ». Il note : « Ce retour aussi inattendu que surprenant intervient dans un contexte, pour le moins particulier, marqué par une concomitance d’événements dont il est difficile pour l’heure de ne pas en percevoir quelques liens. Il survient, en effet, dans la foulée de l’annonce de la Cour suprême de sa décision de casser le jugement du tribunal militaire prononcé à l’encontre de Toufik, Tartag et Louisa Hanoune. » 

On la fait pas à  Chawki Ammari  qui écrit dans son Point zéro : « Quand on est comme ces dizaines d’innocents sévèrement condamnés pour une opinion ou un rassemblement, on peut s’étonner qu’un délit beaucoup plus grave, «complot contre l’autorité de l’Etat et l’armée», soit l’objet de deals secrets ».

Ces deals étaient évoqués depuis de nombreuses semaines. Notre blog s’interrogeait le 20 novembre dernier : « A l’annonce d’un procès de révision au tribunal militaire de Blida, la question se pose: Le Canal historique du DRS personnifié par les généraux Toufik et Tartag, a-t-il oui ou non voulu déclencher, dans le secret, une « période de transition » sous sa conduite, en obtenant la complicité du clan des Bouteflika, qui monnayait ainsi son sauvetage ; en tentant d’utiliser comme paravent l’ex général et président Zeroual qui s’est dérobé ; mais aussi en actionnant les points d’appui civils du Canal historique. Faut-il mettre à nue la tare fondamentale du système algérien qui est le rôle hypertrophié des services secrets de l'armée, ou effacer le verdict de Blida pour continuer dans cette voie? »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article