Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

A propos du communiqué de l’Elysée : faire la bonne lecture

DR. Youcef Fatès

 

Ainsi, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra a pris connaissance « avec satisfaction » du communiqué de l’Élysée du 22 décembre 2013. De quoi est-il satisfait ? Le 16 décembre 2013, le président français avait, dans un accès d’humour douteux, plaisanté sur le retour de Manuel Valls "sain et sauf" "ce qui est déjà beaucoup" puisqu’il revenait d’Algérie.

Face au tollé de l’opinion algérienne exprimée dans la presse et les réseaux sociaux ainsi qu’à la qualification du MAE de "moins value pour les relations bilatérales" la présidence française forge un communiqué déplorant la "polémique sans fondement"vsoulevée par les propos de François Hollande qui exprime "ses sincères regrets pour l’interprétation qui est faite de ses propos et en fera directement part au Président Bouteflika". La lecture est sans équivoque : Much ado about nothing. En effet, les regrets affirmés sont rattachés à l’interprétation des Algériens, un peu paranoïaques quand il s’agit des relations algéro-françaises, comme chacun sait, et non pour les propos eux-mêmes.

Dans ce communiqué la lecture que l’on fait est que les propos restent pour Mr Hollande justes mais leur interprétation est fausse. Ils ne les regrettent pas.

C’est donc la faute aux Algériens qui ont mal interprété ses propos. Le coupable se défausse sur la victime. Non ce sont les propos du Président Hollande qui sont une atteinte à l’Algérie officielle.

En effet, la perception du président Hollande de l’Algérie est restée figée aux années 1990, années de violences extrêmes reconnues par les Algériens eux-mêmes. Entre temps, plus d’une dizaine d’années se sont écoulées et la situation a changé.

Cependant, côté algérien, on ne peut que s’étonner de la tiédeur des réactions officielles. Signifie-t-elle du dédain ou une grande indulgence pour le régime français ? Posture dont on ne saisit pas les motivations

 

 

Youcef Fatès

Docteur d’Etat en Science Politique

 

 

     

 

 

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article