Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

 

Par saoudi Abdelaziz

 

 

En décembre dernier, une semaine après la fusillade sanglante de Newtown (Connecticut), au cours de laquelle un jeune homme de 20 ans a tué sa mère avant de se rendre dans une école et d'abattre 20 enfants et six adultes, un sondage de institut Gallup indiquait qu’une majorité d’Etatsuniens soutenaient deux mesures proposées par Barack Obama à la suite du drame. 62 % sont pour l'interdiction des chargeurs à forte capacité et 92%  prônent un contrôle des casiers judiciaires à l'entrée des foires aux armes.

 

Ces deux restrictions aux ventes d’armes ont été réjété hier par le Sénat américain –y compris par des élus du parti démocrate présidentiel venant des Etats ruraux.

 

Ce vote n’exprime pas seulement le poids du lobby NRA, il peut traduire plus profondément la dérive d’une partie de la population américaine, importante même si elle n’est pas majoritaire. Aux Etats-Unis, le développement actuel des courants d’extrême droite, phénomène généralisé dans les pays capitalistes développés, s’effectue dans un contexte beaucoup plus dramatique qu’en Europe. L’assurance ultra médiatisée de Barack Obama, ne peut pas masquer le profond traumatisme national, provoqué par le constat de cette catastrophe historique, véritable nokba : les USA sont en train de perdre la suprématie mondiale, qui structurait la confiance en soi de l’Américain moyen.

 

Après les attentats contre le Marathon de Boston, si les Musulmans américains prient pour que les auteurs ne soient pas des Islamistes, il est possible qu’Obama prie aussi pour que ce ne soit pas des Américains de souche, utilisant le Patriot’s day contre l’Etat fédéral. Si tel était le cas, cet attentat recélerait une dimension inédite-de « guerre civile »- dépassant radicalement les parlottes des tea party. Ce qui deviendrait le syndrôme bostonnien aurait alors une tout autre portée que les actes de déséquilibrés.

 

On sait que George W Bush a fait instituer la célébration, le 11 septembre de chaque année,  d’un Patriot Day. L’hypothèse d’un attentat célébrant quelque jours avant le 19 avril-le véritable Patriot’s day, fondateur de la nation étatsunienne- est certes mentionnée par les médias, pourtant, même en Europe, le sentiment médiatique dominant c’est l’espoir d’une revendication par El Qaïda, exprimé hâtivement par le kill muslims de la chaîne Fox News de Murdoch. Le FBI a entre les mains une affaire difficile, sans doute la plus embarrassante de ces dernières décennies.

 

Il y a cinq ans, Immanuel Wallerstein, l’historien travaillant sur la mise à nu des tendances lourdes de l’évolution, mettait en garde ses compatriotes, un mois avant la première élection de Barak Obama, sur les conséquences de cette perte irréversible de l’hégémonie américaine. Il écrivait : « Je pense que la moitié du peuple américain n'acceptera pas ce qui est en train de se passer. Les conflits internes vont donc s'exacerber aux Etats-Unis, qui sont en passe de devenir le pays du monde le plus instable politiquement. Et n'oubliez pas que nous, les Américains, nous sommes tous armés... ».

 

Saoudi Abdelaziz, 18 avril 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article