Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

 
    

 

Aurons-nous des traces de l’utilisation des paradis fiscaux par les corrompus algériens et leurs corrupteurs. La question est posée à El Watan et aux autres journaux algériens qui avaient collaboré il y deux ans à la publication des documents Wikileaks. Saurons-nous quels sont les Algériens détenteurs de comptes « offshore »

 

Une trentaine de médias étrangers et Le Monde pour la France publient jeudi matin les résultats d'une longue enquête collaborative sur les sociétés offshoreet les paradis fiscaux.

 

Ces révélations ont déjà été surnommées "offshore leaks", ou "offshore secret". Une référence au fameux site de Julian Assange qui avait diffusé des milliers de documents diplomatiques confidentiels. De la même manière, la tâche de trier et de recouper les informations contenues dans tous ces documents à été confiée à des journalistes puis diffusés dans certains médias choisi à l'avance. En France, Le Monde a pu recevoir une liste comportant 130 noms. Ailleurs, d'autres journaux ont également été associés au projet, comme le Washington Post aux Etats-Unis et l'Asahi Shimbun. Une question vient à l’esprit : aurons-nous quelques tuyaux algériens, parmi les plus de 2,5 millions de documents analysés.

 

 «Ces fuites, qui ont le potentiel de causer un choc sismique, montrent à quel point la finance offshore s'est répandue dans le monde»,explique le Guardian. Les données - contrats, photocopies de passeport, feuilles de calcul, livres de comptes - concernent environ 122 000 entités, liées à plus de 130 000 personnes dans 140 pays, précise Le Matin. LeGuardian souligne la diversité des utilisateurs d'investisseurs offshore.

 

Quelque 2,5 millions de documents, dont environ 2 millions de courriers électroniques ont été compilés. Ils proviennent de personnes travaillant dans des centaines de sociétés à travers le monde. Une équipe de 86 journalistes provenant de 46 pays les ont ensuite épluchés pendant plus de quinze mois, notamment grâce à des logiciels permettant de retirer les informations les plus pertinentes.

 

 

Synthèse blog, 4 avril 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article