Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Face à l'invasion de leurs marchés par les produits étrangers, les pays du Mercosur ont décidé de taxer jusqu'à 35 % une centaine de produits pendant un an.

 Les dirigeants des pays du Mercosur, qui ont achevé leur réunion mercredi à Montevideo, ont décidé d'augmenter pour un an leurs taxes d'importation pour les produits provenant de l'extérieur du bloc. Cette décision, qui pourra être renouvelée, est destinée à compenser « les déséquilibres commerciaux provoqués par la conjoncture économique internationale ». « C'est une décision courageuse, sage et qui respecte les règles du jeu de l'Organisation mondiale du commerce [OMC] », a commenté la présidente brésilienne, Dilma Rousseff. Avant d'ajouter que cette mesure vise à contrecarrer une concurrence « très peu loyale ».

 Selon la résolution adoptée, « les Etats membres sont autorisés [...] à élever, de manière temporaire, les taux d'imposition à l'importation - au-delà des taxes douanières externes communes -pour les importations d'origine extérieure à la zone » de l'union douanière réunissant l'Argentine, le Brésil, l'Uruguay et le Paraguay.

 Les taxes qui concernent une centaine de produits dont la liste reste à définir (probablement des biens d'équipement, des produits chimiques et des textiles) pourront atteindre 35 %, maximum autorisé par l'OMC. Au cours des mois précédents, l'Argentine avait déjà pris des mesures en limitant les autorisations d'importation de produits chinois, alors que le Brésil avait annoncé en septembre une hausse de 30 % des taxes sur les véhicules importés qui ne proviennent pas au moins à 65 % du pays ou du Mercosur. Des restrictions sur les importations textiles avaient été également instaurées.

 Pour le ministre des Finances brésilien, Guido Mantega, très remonté contre la politique monétaire des Etats-Unis et de la Chine, il s'agit d'élaborer « une meilleure union » pour se défendre contre « ces invasions de produits provenant de l'extérieur ». Dilma Rousseff, quant à elle, a fulminé contre « une avalanche de produits prédateurs qui mettent en danger la croissance et l'emploi », dans le pays.

 Relèvement des tarifs

 Outre ce relèvement des tarifs à l'importation, les pays du Mercosur ont également décidé, en signe de solidarité avec l'Argentine, d'interdire aux navires portant pavillon des îles Malouines de mouiller dans leurs ports. Un acte qualifié de préoccupant par Londres (voir encadré). L'érection de barrières commerciales des pays d'Amérique latine ne va guère contribuer à améliorer leur position au sein de l'OMC. Selon un classement sur le degré d'ouverture des marchés réalisé mi-décembre par la Chambre de commerce internationale sur les pays du G20, le Brésil occupe la dernière place et l'Argentine l'antépénultième.

 RICHARD HIAULT, 23 décembre 2011. Les Echos

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article