Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"Chaque année, environ cinq cents étudiants sont touchés par le retard scolaire. Le problème réside dans l'amélioration de l'orientation post-baccalauréat. Le taux de réussite en première année à l'USTHB est de 24% seulement. C'est pour cela que chaque année, il y a un nombre important de doublants. Il faut faire quelque chose à ce niveau». Dixit un responsable de  syndicat étudiant.

Les déclarations du recteur de l’université ont été relayées hier par l’APS et El Watan, qui n’ont pas pris la peine de recueillir l’avis des étudiants grévistes. Sabrina Benaoudia rend compte dans le Temps d’Algérie du point de vue des syndicats étudiants qui expliquent pourquoi la grève est maintenue à l’USTHB de Bab Ezzouar,

 

 

(…) Ces déclarations, l'Union nationale des étudiants (UNEA) et l'Union de la jeunesse algérienne (UNJA), les considèrent comme un pas en avant mais pas comme un acquis. Ils attendent des engagements écrits.

 

M. Khelifi, président de l'UNEA, nous a indiqué hier au téléphone que le vice-recteur pédagogique avait fermé dès le début la porte du dialogue en gelant les activités des associations estudiantines. Concernant le passage en mastère, il précise que la loi du LMD stipule que le passage dans ce cycle n'était pas conditionné par le nombre d'années accomplies durant la licence, mais qu'il était systématique. Il estime qu'il faut retourner à ce système.

 

Concernant la réintégration des étudiants de L3, il indique que cette disposition est satisfaisante, tout en déplorant la logique d'exclusion qui a prévalu jusqu'alors. Au sujet des étudiants de la promotion 2009 qui sont exclus de la licence pour avoir redoublé, le passage de 100 étudiants ne lui semble pas satisfaisant, d'autant qu'avec la surcharge des effectifs, ils ne sont pas sûrs d'avoir une place dans d'autres facultés. Selon ce responsable, la solution serait de fournir une attestation d'inscription académique comme dans les années 2003/2004 afin que ces étudiants puissent passer leurs examens sans forcément suivre les cours. En outre, pour lui, le recteur a eu tort de dénoncer la baisse de niveau de l'université.

 

«Le problème ne sera résolu que si une vraie politique de prise en charge est mise en place par la tutelle. Chaque année, environ cinq cents étudiants sont touchés par le retard scolaire. Le problème réside dans l'amélioration de l'orientation post-baccalauréat. Le taux de réussite en première année à l'USTHB est de 24% seulement. C'est pour cela que chaque année, il y a un nombre important de doublants. Il faut faire quelque chose à ce niveau»,souligne-t-il, ajoutant que pour le moment, les étudiants vont maintenir la grève.

 

Pour sa part, une adhérente à l'UNJA nous a indiqué que les déclarations de M.Saidi n'étaient que des intentions qui doivent être appliquées de suite. Concernant la possibilité pour les étudiants redoublants de se réorienter, cette étudiante a précisé que cette annonce, les associations étudiantes l'avaient déjà proposée à plusieurs reprises sans être entendus par l'administration.

 

Au sujet de l'admission en mastère, les propositions de M.Saidi ne sont pas tout à fait claires, selon elle, et ne ciblent pas tous les étudiants. «Ce que nous demandons, c'est la réintégration en mastère de la promotion du bac 2006». Pour ces deux membres d'associations, la grève sera maintenue jusqu'à ce que des garanties soient données. Pour le moment, le statu quo perdure, et selon l'UNJA, si rien n'est confirmé, les étudiants seraient prêts à faire une année blanche.

 

 

Sabrina Benaoudia, 8 novembre 2012. Le Temps d’Algérie

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article