Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

"Près de 46% des chefs d'entreprise publique et 67% du secteur privé ont déclaré ne pas satisfaire toutes les commandes reçues. Le secteur public a connu une régression plus accentuée avouent ses représentants, précise l'office. D’où la décision de dégraisser ses effectifs".

 

 

 

Net recul de l’activité industrielle

 

 

En dépit d'une hausse de la demande en produits manufacturés

 

 

Par  Badreddine Khris, 11 août 2013. Liberté

 

 

Devant pareille situation, le secteur public prévoit une baisse de ses effectifs. L'activité industrielle a enregistré un net recul durant le 1er trimestre de l’année en cours. En dépit d’une hausse de la demande en produits manufacturés déjà entamée depuis le 3e trimestre 2011et soutenue par une stabilité des prix de vente, les industriels relevant des secteurs public et privé n’ont pu répondre aux besoins exprimés.

 

Les résultats d'une enquête d'opinion réalisée par l'Office national des statistiques (ONS) indiquent que près de 46% des chefs d'entreprise publique et 67% du secteur privé ont déclaré ne pas satisfaire toutes les commandes reçues. Le secteur public a connu une régression plus accentuée avouent ses représentants, précise l'office. D’où la décision de dégraisser ses effectifs. Le sondage, faut-il le préciser, a concerné 740 entreprises dont 340 publiques et 400 privées.

 

L'enquête affirme que plus de 56% des entreprises publiques et 64% du secteur privé ont utilisé leurs capacités de production à 75%. L'enquête, qui porte sur le type et le rythme de l'activité industrielle, révèle que le niveau d'approvisionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés selon plus de 33% des industriels publics enquêtés et plus de 23% de ceux du privé. Cela n’a pas été sans conséquences sur la production. Ainsi, environ 85% du potentiel de production du secteur public et plus de 70% de celui du privé ont enregistré des ruptures de stocks ayant causé des arrêts de travail inférieurs à 10 jours. Il est à noter que la situation actuelle diffère de celle vécue pendant le 4e trimestre 2012. À cette période, malgré une hausse des prix, la demande en produits industriels fabriqués a poursuivi sa progression. Plus de 75% des chefs d’entreprise publique et 60% du privé ont déclaré avoir satisfait toutes les commandes reçues. Cette tendance d’une manière globale a tiré vers le haut l’activité industrielle poursuivant le rythme enregistré durant le 4e trimestre 2012 dans les deux secteurs. 

 

L’ONS montre aussi qu’environ 83% des entreprises publiques ont utilisé en 2012 leurs capacités de production à plus de 75% et 90% de celles du privé ont utilisé leurs capacités à plus de 50%. Le niveau d’approvisionnement en matières premières était également inférieur aux besoins exprimés, selon 30% des industriels publics enquêtés et 15% de ceux du privé. Ce qui a engendré des ruptures de stocks ayant causé des arrêts de travail inférieurs à 10 jours pour la majorité des entreprises concernées. L’enquête menée par l’ONS en 2012 a mentionné en outre d’autres contraintes qui ont freiné la production notamment les pannes d’électricité, l’approvisionnement en eau, et le manque de qualification du personnel, la vétusté des équipements… En renouvelant leurs équipements, plus de 96% des chefs d’entreprise publique et près de 70% de ceux du privé pensent qu’ils pourront produire davantage.

 

Par ailleurs, l’allongement des délais de recouvrement des créances, les charges élevées, le remboursement des emprunts et la rigidité des prix continuent d’influer de manière négative sur la trésorerie des entreprises. D’où le recours pour certaines sociétés à des crédits bancaires. Cependant, l’activité industrielle devrait, selon l'enquête, connaître durant les mois prochains une reprise. Les chefs d'entreprise des deux secteurs anticipent une hausse de l'activité, de la demande et des prix de vente ainsi qu'une meilleure perspective de leurs trésoreries.

 

Liberté.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article