Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

le camps de Belkitane dans le Sud Constantinois, en 1961.

le camps de Belkitane dans le Sud Constantinois, en 1961.

"Enfermement de presque la moitié de ses habitants, destruction d’une organisation familiale et d’un tissu social, néantisation d’une économie fondée sur la connaissance du milieu naturel et l’observation des cycles climatiques… Comment ne pas penser que ce déracinement a été lourd de conséquences dans l’Algérie indépendante ?"

Par Anne Guérin-Castell, 28 juin 2012

Bien que les premiers camps de regroupement aient été organisés dès 1955 dans les Aurès, ce n’est que le 12 mars 1959 que leur existence fut révélée par un article du Monde grâce à une fuite préméditée du rapport rédigé le mois précédent par Michel Rocard [1], alors jeune inspecteur des finances tout juste sorti de l’ENA.

 Ce rapport concluait une enquête de plusieurs semaines menée en marge de ses obligations et sans ordre officiel de mission, pour laquelle il avait bénéficié de l’assistance de Jacques Bugnicourt, qui était à l’époque sous-lieutenant de SAS [2]. Dès son arrivée au port d’Alger en septembre 1958, Michel Rocard avait été alerté par son camarade sur ces déplacements de population effectués par l’armée « sans aucune espèce de précaution », si bien que les personnes déplacées perdaient leurs moyens d’existence.

L’article du Monde fut suivi d’autres articles, notamment d’un entretien avec Mgr Rodhain, secrétaire général du Secours catholique, paru le 11 avril dans La Croix et d’une publication partielle du rapport dans France Observateur et Le Monde les 16 et 17 avril, d’un débat à l’Assemblée nationale le 9 juin 1959 et d’une mise en cause de la France à l’ONU le 14 juillet. Mais cela pouvait-il arrêter les partisans de la « guerre révolutionnaire » [3] ?

Paul Delouvrier, délégué général du gouvernement en Algérie, avait eu beau prescrire dans une circulaire datée du 31 mars qu’ « aucun regroupement ne pourra être opéré sans son accord », les responsables de l’armée, encouragés par le décret du 17 mars 1956 et l’arrêté du 7 janvier 1957 autorisant le ministre résidant (à l’époque Robert Lacoste) à « instituer des zones où le séjour des personnes est réglementé » et confiant le maintien de l’ordre à l’autorité militaire, continuèrent d’agir à leur guise, si bien que le nombre de camps de regroupement ne cessa d’augmenter jusqu’à l’aube des négociations pour un cessez-le-feu.

Combien de personnes furent-elles ainsi déportées et enfermées dans leur propre pays ? Les estimations varient selon ce qui est retenu de la typologie des divers centres existant en Algérie, tous n’étant pas des camps de regroupement stricto sensu.

CAMPS DE REGROUPEMENT.  Un déshonneur de la République, par Anne Guérin-Castell

Dans son rapport, Michel Rocard entre dans le détail des différentes appellations alors en vigueur et tente de distinguer la réalité qu’elles désignent, dans une gradation qui, fonction de la brutalité du traitement subi par la population, va des villages regroupés, c’est-à-dire « des villages nouveaux construits selon les normes de “l’amélioration de l’habitat rural” et occupés par des fellahs qui vivaient auparavant dans des mechtas isolées » jusqu’aux camps de regroupement proprement dits, en passant par les « recasements » et les « resserrements » [4]. Il évalue le nombre de personnes concernées à un million.

Selon Charles-Robert Ageron, il y avait 936 centres au 1er janvier 1959. Pour Michel Cornaton [5], dont la thèse, postérieure à l’indépendance, porte précisément sur cette question [6], 1 750 000 personnes ont été enfermées dans des camps de regroupement. Ce qui, en estimant qu’à chaque « regroupé » correspondent un « resserré » et un « recasé », fait un total de 3 250 000 personnes. En ajoutant les prisons, les camps d’internement [7], les centres spéciaux et les assignations à résidence, on arrive à ce résultat accablant : 40 % de la population algérienne, enfants et vieillards compris, a été, d’une manière ou d’une autre, enfermée.

À l’origine, le constat que certaines zones rurales étaient des zones d’insécurité… pour l’armée… entraîna en divers lieux l’expulsion d’une population abandonnée sans logement ni ressources dans un territoire qui lui était étranger. Dès sa nomination dans les Aurès, le général Parlange fit en sorte que ces personnes soient prises en charge par l’armée, d’où la création des premiers camps de regroupement.

Mais les zones d’insécurité augmentèrent en nombre et en superficie, devenant bientôt des zones interdites, et beaucoup d’officiers virent dans les camps de regroupement le meilleur moyen d’appliquer leur conception de la guerre révolutionnaire en privant les combattants de l’ALN de l’aide (abri, soins, nourriture) que pouvait leur apporter la population rurale. À partir de 1957, le nombre de camps fut multiplié sans même que soit mise en avant la nécessité de créer une zone interdite.

Si quelques camps photographiés à des fins de propagande donnent l’impression de villages modèles – il faudrait plutôt les appeler « villages de regroupés » –, de nombreux camps de regroupement furent entourés de barbelés, équipés de miradors ou installés près d’un camp militaire qui en possédait, tandis que leurs habitants, souvent privés par cette action de leurs troupeaux de chèvres ou de leurs volailles, durent construire eux-mêmes leurs maisons avec des matériaux de récupération. Les sorties autorisées et dûment surveillées dépendaient du bon vouloir des responsables du camp.

 L’impossibilité de maintenir une hygiène minimale et la malnutrition causèrent des ravages. Il y avait chaque jour des morts, notamment parmi les enfants. Le rapport de Michel Rocard insiste particulièrement sur ce point :

« La situation sanitaire est généralement déplorable. Aucune statistique de mortalité n’est évidemment disponible. Toutefois, certaines constatations ont été faites. Dans un village où 900 enfants ont été recensés, il en meurt près d’un par jour (vallée de la Soummam). Un village de l’Ouarsenis rassemble 1100 personnes, dont près de 600 enfants. Il en est mort un (de deux ans) au passage précis de l’enquêteur : l’officier SAS argua que c’était le troisième en quatre jours. »

Quand il en vient à l’examen de la diminution des ressources du fait du regroupement, la situation sanitaire en étant la conséquence directe, Michel Rocard est attentif à l’humiliation que constitue pour un chef de famille le fait d’être mis dans l’incapacité de nourrir les siens : « Atteints dans leurs revenus, les fellahs le sont aussi dans leur dignité ; ils sont placés vis-à-vis du commandement et du chef de SAS dans un état de dépendance totale. » L’assistance alimentaire, de toute manière largement insuffisante, à laquelle ces personnes étaient réduites n’avait rien d’officiel. Elle dépendait « de la bonne volonté d’un fonctionnaire ou d’un officier » et pouvait cesser du jour au lendemain, tout comme l’assistance vestimentaire, sociale ou médicale.

À cette misère générée par les camps de regroupement, il faut ajouter celle des ruraux qui, fuyant la guerre, étaient venus se réfugier en ville et logeaient pour la plupart dans des bidonvilles que les tardives constructions de cités plus ou moins radieuses ne suffisaient pas à résorber.

Enfermement de presque la moitié de ses habitants, destruction d’une organisation familiale et d’un tissu social, néantisation d’une économie fondée sur la connaissance du milieu naturel et l’observation des cycles climatiques… Comment ne pas penser que ce déracinement [8] a été lourd de conséquences dans l’Algérie indépendante ?

Notes

[1] Dans un entretien de 2002 publié en même temps que son rapport de 1959 (Rapport sur les camps de regroupements et autres textes sur la guerre d’Algérie, édition critique sous la direction de Vincent Duclert et Pierre Encrevé, Paris, Mille et une nuits, 2003), Michel Rocard revient sur les conditions dans lesquelles il a pu mener son enquête et les circonstances de cette fuite dont il fut à l’époque, à tort, soupçonné d’être l’auteur. Les citations non explicitement référencées de l’article, y compris dans les notes, proviennent de cet ouvrage, le titre de l’article étant directement emprunté à cet entretien (p. 183).

Dès février 1958, El Moudjahid avait dénoncé l’existence de ces camps. Mais peu de Français lisaient ce journal et l’information n’avait eu que de rares et maigres échos.

[2] Créées par Jacques Soustelle en 1955, les SAS (sections administratives spécialisées) étaient placées sous l’autorité du général Parlange. Il y en eut environ 700. Dirigées par un officier, elles avaient pour fonction officielle d’agir auprès de la population rurale sur le plan social, médical et éducatif, jouant ainsi un rôle important dans le volet psychologique de la guerre (la pacification). Cette couverture « humanitaire » était doublée d’une activité plus directement liée à la guerre : le renseignement.

[3] Cette doctrine, venue de l’observation par les officiers de l’armée française des méthodes de leurs adversaires vietnamiens, prend à revers le concept maoïste : puisque le « rebelle » vit dans la population comme un poisson dans l’eau, il suffit de retirer l’eau pour faire mourir le poisson.

[4] Pour Sylvie Thénault : « Le regroupement est un phénomène complexe à appréhender : né d’initiatives militaires locales, il s’est transformé au fil des années, et a échappé à toute enquête officielle, longue et approfondie.

Le choix sémantique consistant à parler de “centre” ou de “village”, en outre, traduit une gêne certaine à utiliser le mot “camp”, qui favoriserait un amalgame abusif avec les camps de concentration nazis. »

[5] Cf. Les camps de regroupement de la guerre d’Algérie, préface de Germaine Tillion, Paris, L’Harmattan, 2008 (première édition, Les Éditions ouvrières, 1967).

[6] Ses recherches en Algérie l’ont mis en présence de documents datant de l’époque de Jacques Soustelle et des années 61 et 62. Elles lui valurent d’être expulsé du jour au lendemain de l’Algérie indépendante (durant l’été 1965).

Lien : LDH-Toulon

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article