Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Mohamed-brahmi

 

Mohamed Brahmi député démissionnaire du parti Echaab et fondateur du parti Courant Populaire a été assassiné hier matin en sortant de chez lui. Ce député, originaire de Sidi Bouzid, aurait été assassiné par 14 balles à bout portant. Le site d'information nawaat.org consacre un "livebloging" des évènements.

 

Une analyse de Mohamed Tahar Bensaada, intitulée "A qui profite le crime", analyse à chaud, sur le site islamique Oumma.com, la manière dans la crise tunisienne est en train de se nouer dangereusement après ce nouvel assassinat. Il conclut :

"Le dialogue entre islamistes, nationalistes et marxistes n’est pas une sinécure dans le contexte tunisien, maghrébin et arabe en général. Pourtant, il suffit de voir les efforts inouïs et les sommes colossales dépensées par certaines officines pour torpiller ce dialogue pour se convaincre de son utilité et de sa nécessité. Des deux côtés, il y a un effort à faire. Même s’il est injuste de leur faire endosser les errements des groupes pseudo-salafistes qui présentent une image dégradante de la religion musulmane, les islamistes d’Ennahda sont appelés à faire des efforts supplémentaires en vue de se démarquer des pratiques portant atteinte aux libertés individuelles et d’approfondir leurs options démocratiques et sociales. De leur côté, les progressistes, qu’ils soient nationalistes ou marxistes, sont appelés à faire des efforts en vue de donner à leur discours démocratique et social une forme qui puisse être mieux reçue par leur peuple dans ses conditions culturelles spécifiques marquées notamment par son attachement viscéral à l’islam par-delà les tentatives d’instrumentalisation réactionnaire de certains pouvoirs établis ou en quête d’établissement.

En tout état de cause, ce n’est pas en s’enfermant dans un sectarisme idéologique dépassé que la gauche tunisienne réussira à empêcher ce qu’elle redoute, à savoir l’alliance des islamistes d’Ennahda avec les conservateurs de « Nida Tounès ». Au contraire, c’est en gardant le cap sur ce nécessaire dialogue politique entre toutes les forces de la révolution tunisienne autour de la réalisation des aspirations nationales, démocratiques et sociales les plus urgentes qu’il sera possible de déjouer les manœuvres des forces internes et externes qui cherchent à torpiller la transition démocratique et de favoriser l’évolution d’Ennahda dans le sens souhaité.

La pire chose que nous n’oserions même pas imaginer c’est que le martyre du militant tunisien Mohamed Brahmi puisse servir, à cause de l’irresponsabilité de quelques pseudo-démocrates, à aggraver la division des forces populaires et à précipiter le pays dans les tourments d’une guerre civile qu’aucun Tunisien libre ne saurait souhaiter".

Source: Oumma.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article