Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 Les journalistes censurés par la commission de surveillance des élections

 

 

Rabah Abdellah , ancien secrétaire général du syndicat national des Journalistes (SNJ) :

"Le constat est que la seule activité syndicale réelle qui prévaut actuellement, se trouve dans le secteur public. Quant au privé, il y a une totale absence de représentativité et de structure syndicale dans les rédactions", a indiqué à l'APS l'ancien secrétaire général du syndicat national des journalistes (SNJ), Rabah Abdellah.

Pour lui, la faute incombe "grandement aux journalistes, qui malheureusement ne réagissent pas pour défende leur droit et mettre fin à leur précarité, profitant ainsi aux patrons de presse, qui eux brassent beaucoup d'argent sans se soucier de la situation des journalistes". "L'entreprise de normalisation des journalistes a vraiment réussi. Ils sont devenus insensibles à leurs propres problèmes. Mais le seul moyen de redorer leur blason et d'exercer correctement leur métier est de se donner un cadre organisationnel", a-t-il soutenu. Il a ajouté qu'actuellement, "nous avons une dichotomie terrible, avec un secteur public plus au moins gâté au niveau salarial, alors que le secteur privé sombre dans la précarité et dans les différents maux", a-t-il relevé.

Selon lui, l'actuel SNJ est "illégitime et exerce dans l'illégalité du fait du non renouvellement de son agrément depuis 2005". "Cette situation est la conséquence de l'illégitimité de la direction actuelle du syndicat. Depuis 2005, aucune structure légale du syndicat ne s'est réunie, ni le bureau national, ni le conseil. Leurs mandats étant dépassés", a-t-il expliqué. "Il y a une seule personne, à la tête du SNJ, qui n'a jamais été élu", a-t-il précisé. Il a ajouté que lorsqu'un syndicat est "illégitime et affaibli, il n'est pas en mesure de défendre les revendications des journalistes".

 

 

Mustapha Aït Mouhoub, secrétaire général de la section syndicale de l'APS, pense que "la fragilité" de la corporation "est d'ordre organisationnel", soulignant que si la presse "peine à s'organiser, cela est dû à la précarité des journalistes et à leur conditions socioprofessionnelles catastrophiques". "Les syndicats de journalistes ont été souvent dans des combats qui n'étaient pas les leurs. Ils étaient enrôlés dans des combats idéologiques et partisans, alors qu'il devaient s'investir dans des débats sur la liberté de la presse, l'éthique et la déontologie", a-t-il soutenu.

Evoquant la situation des journalistes, il a estimé que ceux exerçant dans le secteur public avaient vu leur situation socioprofessionnelle changer, avec la promulgation de la nouvelle grille des salaires, qui "sera révisée prochainement". "La grille des salaires dans le secteur public est honorable par rapport à ce que percevaient les journalistes auparavant. Mais elle mérite d'être améliorée", a-t-il estimé.

 

 

 

Zoubir Khlaifia, l'un des initiateurs du projet "malheureux" de création d'un syndicat fédérateur de tous les journalistes (Union nationale des journalistes algériens), a estimé que l'idée en 2008 de la mise en place d'un syndicat partait justement du constat que les structures qui existaient ne fonctionnaient pas et donc ne pouvaient pas prétendre défendre les droits des journalistes. "Nous avions constaté que les journalistes vivaient dans la précarité la plus totale. Pour la plupart, ils percevaient un salaire dérisoire et n'avaient pas où logeaient. Nous avions décidé de nous mettre à la table des négociations avec les éditeurs de presse pour la création de ce syndicat sous la coupe de l'Union générale des travailleurs algériens", a-t-il raconté. Il a précisé, toutefois que les efforts étaient "fossés et voués à l'échec, du fait de la volonté de certains membre de l'exécutif de l'UGTA de faire main basse sur le syndicat, en imposant des noms à leur guise". "Le projet de création du syndicat a été avorté le jour même de la tenue du congrès. Le syndicat a volé en éclats. J'ai tiré comme conclusion alors que les droits des journalistes ne seront arrachés que s'ils se regroupent au sein d'un syndicat indépendant et qui n'a aucune attache partisane ou autre", a-t-il indiqué.

 

 

L'actuel secrétaire général du SNJ, Kamel Amarni, a déclaré quant à lui, que le syndicat travaille quotidiennement pour défendre l'intérêt des journalistes, en dépit des conditions difficiles. Interrogé sur l'absence de structures syndicales dans les journaux (publics et privés), il a indiqué qu'il s'agissait "juste d'un problème d'organisation, étant donné que la plupart des journalistes sont des adhérents du SNJ".

 

 

 

Source : APS, El Watan, 3 mai 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article