Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

A la Poste, l’épreuve de force se poursuit. Face à la direction générale qui temporise, les  grévistes affirment : «Nous ne reprendrons le travail qu’après satisfaction totale de nos revendications».

Les étudiants de la Faculté des sciences de l’ingénieur de Boumerdès (cycle court), reprennent le chemin de la contestation. Les étudiants ont fermé les services et monopolisé l’attention du recteur. Leurs revendications ? La mise en place des passerelles promises par le ministre lors d’une précédente action, avec la possibilité de suivre tout le cursus de la filière d’ingénieur.

-Le personnel navigant commercial (PNC) d’Air Algérie a décidé, à l’unanimité, de se mettre en grève, à l’issue d’une assemblée générale tenue hier.

-Les pilules contraceptives sont devenues rares, depuis plusieurs mois. Les pharmaciens gèrent la pénurie en puisant dans leurs stocks. Ils s’attendent à une hausse considérable de la natalité.

- Les 400 travailleurs de l'entreprise italienne Condotte, chargée de réaliser la station de dessalement d'eau de mer de Cap Djinet, à 35 km à l'est de Boumerdès, sont en grève. Ils exigent l'augmentation des salaires et l'instauration des primes des risques, le respect de la règlementation du travail et notamment du droit syndical. Les heures supplémentaires, atteignent près de trente heures par semaine, sans contrepartie.

-Me Hocine Zahouane, président de la Laddh, préconise le passage d’«une concentration sur le commerce extérieur à travers une exportation et d’une consommation élevée vers une économie nationale autocentrée qui permettra l'insertion des jeunes dans la vie productive et citoyenne».

-En grève de la faim depuis le 31 mai, 40 chômeurs campent, jour et nuit, devant la daïra de Hassi- Messaoud. Ils dénoncent la «politique de l'emploi des agences locales, notamment les sous-traitants qui exploitent les travailleurs avec des salaires minables sans couverture sociale ». Selon Yacine Zaïd de la ligue des droits de l’homme (Laddh), deux jeunes grévistes ont été agressés, avant hier, par des «des Baltagias».

-Les agents communaux de l’APC d’Alger-centre ont observé un débrayage hier. “Nous attendons la promulgation du statut depuis plus de 6 mois et toujours rien. Nous ne comprenons pas les raisons de ce retard”, a déclaré le secrétaire général de la section syndicale d’Alger-Centre affilié à l’UGTA, Younes Mecheddal. “Nous avons demandé des explications à Sidi-Saïd et à chaque fois nous avons la même réponse : bientôt. Mais nous n’avons toujours rien”.

-L’incohérence publique se poursuit. À quelques jours de la récolte de la tomate industrielle, aucune des 13 conserveries de la région d’Annaba, fermées depuis quelques années, n’a été remise en exploitation. Les banques publiques tardent à appliquer le rééchelonnement des dettes de ces entreprises pourtant garanti par le ministère de l’Agriculture.

A propos des fonds souverains. Le ministre des Finances, Karim Djoudi écartait, hier, leur création immédiate en déclarant : “Je pense que la prudence voudrait que nous soyons plus dans des actifs sécurisés, type actifs d’état. C’est ce que fait aujourd’hui l’Algérie”.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article