Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Diviser-298x300.jpg

DR

 

 

 

Par Saoudi Abdelaziz

 

Les « services » chargées de lubrifier en permanence les mécanismes du système du contrôle social sont à l’œuvre  pour trouver une parade à l’émergence et à l’affirmation nationale et internationale du mouvement social né au sud du pays. Ce mouvement s’est développé en contrant efficacement la répression et les manipulations dressées dans un premier temps.

Face à la consécration du mouvement, les services mènent actuellement des actions coordonnées de neutralisation à deux niveaux.

 

 

 

1-Vertical. Il s’agit d’attirer les leaders vers le centre, vers le haut, de les éloigner de leurs bases de masse. Ce volet de l’opération sera bien sûr accompagné médiatiquement, en utilisant la tendance naturelle des journaux algériens à tourner autour du sérail. Les nouveaux leaders vont-ils ou non répondre aux invitations ? Cela semble devenir la question de l’heure. TSA-Algérie a donné le ton dès dimanche en choisissant de titrer dans ce sens l’interview donnée par Belabès après la manifestation réussie de Ouargla : « Les autorités nous invite à Alger pour dialoguer ». La méthode du système est de faire rentrer « ceux qui dépassent » dans la missa, lorsqu’on n’a pas réussi d’abord à les mettre hors jeu. L’autre versant de l’opération consiste à saboter les possibilités de jonction sur le terrain, dans le sud même, entre le mouvement populaire et les courants patriotiques qui existent dans les institutions et qui semblent prendre conscience que le cercle de la fatalité, auquel condamne le système fermé de pouvoir, risque de conduire, par la force des choses, sous une forme ou sous une autre, à la situation que vivent les Syriens : l’autodestruction nationale.

 

 

 

2-Horizontal. A ce niveau, les services et leurs annexes dans les partis ont de l’expérience. On l’a vu ces dernières années : dans toutes les régions du pays, dans le mouvement syndical des salariés, des étudiants…, Ils savent comment fractionner, atomiser le mouvement revendicatif en suscitant la création de coordinations plus autonomes les unes que les autres. Un autre facteur doit être aussi pris en compte, et qui va accentuer l'émulation chez les atomisateurs, ce sont les rivalités entre partis et présidentiables qui veulent eux-aussi aussi disposer de points d’appui et multiplient les flatteries en direction du mouvement de masse. Jusqu’ici, dans le paysage politique, seul le FFS semble avoir adopté une position de principe, en affirmant avant l’évenement de Ouargla, son soutien  à ce qu’il a appelé les « nouvelles élites ».

 

 

Cette note peut être vue comme une contribution faisant suite à l’invitation lancée hier par le Premier ministre Sellal à propos du mouvement de masse des chômeurs : «les tentatives de manipulation  existent et existeront toujours. Il appartient aux acteurs de la vie politique et des médias d'en faire l'analyse, de les commenter ou, le cas échéant, de les dénoncer».

 

 

 

 

Saoudi Abdelaziz, 18 mars 2013

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article