Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Près d’un mois après sa naissance, annoncée par la plupart des autres quotidiens, El Watan donne un scoop tardif : « un syndicat des travailleurs est né ». On sait que la création de ce syndicat est le résultat de la lutte acharnée des salariés contre l’opposition de Société général-Algérie dont le Soir d’Algérie avait rendu compte le 5 mai dernier.

Société générale-Algérie : enfin une section syndicale !  avait annoncé Liberté, le 12 mai dernier

 

 

« Le directoire de Société général refuse de reconnaître le nouveau syndicat ». Ce titre aurait été plus en rapport avec le contenu de l’article de Djedjiga Rahmani. Elle rapporte en effet  la visite au journal d’une délégation syndicale de la banque pour dénoncer «les pressions exercées par la DG sur eux». D’après ces délégués, la direction générale refuse de reconnaître ce syndicat sous prétexte qu’il n’est pas représentatif.

 

Autre information fournie par la délégation : Amel Bounoua, membre de la section syndicale, est menacée de licenciement. Dans une correspondance à son employeur elle écrit notamment : «Je vous demande de revoir totalement les motifs fictifs, de cesser l’acharnement dont je fais l’objet depuis ma participation à la commission de préparation des élections pour la création du syndicat et de réajuster votre démarche qui tend à me déférer devant la commission disciplinaire».

 

Djedjiga Rahmani a voulu en savoir plus. Contacté, Pierre Boursot, président du directoire de la SGA, affirme dans communiqué sa volonté de «de s’inscrire dans la mise en place d’un dialogue social constructif avec ses collaborateurs».

Sans se préoccuper de vraisemblance, M. Boursot affirme avec culot : ««Société générale a bien pris connaissance de la volonté de certains salariés d’être représentés par une organisation émanant de l’UGTA ». Le sieur précise bon prince : « Le processus est engagé et une régularisation devrait intervenir d’ici la fin de la semaine, puisque la cellule syndicale s’est engagée à fournir à la direction de Société générale Algérie les informations réglementaires nécessaires »

 

Quant à la syndicaliste menacée de licenciement, le président du directoire ne s’encombre pas de détail. Olympien, il botte en touche : «Société générale Algérie ne commente jamais sur les situations individuelles.»

 

Source : El watan.com, 6 juin 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article