Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Sid-Ahmed Ghozali. New Press

New Press

 

 

 

Premier PDG de Sonatrach, l'ancien Premier ministre éclaire sur la chronologie  du processus de déchéance de la compagnie nationale. « Bouteflika n’a fait qu’achever la bête, qui était déjà à terre ». Cela a commencé, il y a plus de vingt ans selon lui : « ll ne faut oublier qu’il y a eu une véritable chasse aux sorcières à Sonatrach et des centaines de cadres ont été chassés. Le premier exode massif de cadres date d’avant le terrorisme ». Ghozali rattache ce fait à ce qui s’est passé dans l’ensemble du secteur public.  (…) On les a mises [les entreprises publiques] dans un tel état que même les plus attachés au secteur public ont voulu les privatiser ».

De manière générale, pourquoi l’Etat a-t-il failli ? « Les institutions commettent trois péchés capitaux. Primo, une société marche avec des hommes. Secundo, une société ne peut survivre si elle ne respecte pas les règles et donc sans Etat de droit. Et enfin, le troisième péché capital est l’impunité »(…) « Ce n’est pas un problème de personnes. C’est le système qui est mauvais ».

 

 

 

 

Texte intégral de l’interview

 

 

 

Propos recueillis par Melissa Roumadi

 

 

 

Entachée par des scandales de corruption et enregistrant des contre-performances, Sonatrach, jadis fleuron de l’économie algérienne, a aujourd’hui un genou à terre. Comment expliquez-vous qu’on en soit arrivés à cette situation ?

Si seulement ce n’était qu’un genou qui était à terre. Bouteflika n’a fait qu’achever la bête, qui était déjà à terre. Sonatrach était jadis connu à l’étranger comme étant impénétrable à la corruption. A partir du moment où on a laissé la corruption pénétrer au sein de Sonatrach, l’entreprise était finie. Mais depuis douze ou treize années, la corruption se pratique à l’échelle industrielle. Je voudrais aussi rappeler que lorsque j’étais à Sonatrach, j’avais un Etat derrière moi. Ce n’était pas de la paranoïa. Quand je négociais, je sentais que je représentais quelque chose et que ma parole avait un sens. Le pouvoir ne me regardait pas comme une future bête à sacrifier. Qu’allez-vous demander aux cadres de Sonatrach quand ils se savent exposés ? Ils ne vont pas tout donner pour servir Sonatrach. Les plus forts vont résister à la tentation et les plus courants diront pourquoi pas…

l ne faut oublier qu’il y a eu une véritable chasse aux sorcières à Sonatrach et des centaines de cadres ont été chassés. Des centaines d’Algériens formés par l’Algérie et par Sonatrach ont rejoint les compagnies étrangères et les pays du Golfe. Ces cadres ne sont pas partis, ils ont été chassés. Le premier exode massif de cadres date d’avant le terrorisme.
C’est peut être voulu…

 

 

Voulu, dans quel objectif ?

C’est peut-être dans l’objectif de convaincre les gens qu’il vaudrait mieux brader tout cela. Qu’il vaut mieux avoir des sociétés étrangères propres que des sociétés publiques qui n’évoluent pas ! Peut-être qu’il y a des calculs de ce genre. C’est ce qu’on a fait d’ailleurs pour beaucoup d’entreprises publiques. On les a mises dans un tel état que même les plus attachés au secteur public ont voulu les privatiser.

Il ne faut pas oublier que Sonatrach fait partie de ce qu’on appelle les sociétés missionnaires. Elle a été créée pour exploiter les gisements pour le compte d’une nation. C’est une société pétrolière nationale. Cela n’a pas toujours plu aux sociétés pétrolières de l’autorité coloniale qui comptaient prolonger leur empire pétrolier. L’idée n’a pas complètement disparu. Cela un pouvoir aveugle ne le voit peut-être pas. C’est comme quand on oriente les Algériens vers des pays comme la Syrie alors que le Mali nous concerne beaucoup plus. C’est notre intégrité territoriale qui est en cause. Je n’ai vu aucune analyse rappelant qu’il y a eu un projet officiel pour diviser l’Algérie et que la guerre d’Algérie a duré deux ans de plus pour l’intégrité territoriale. Qui dit quels sont les plans prévus aujourd’hui dans les officines occidentales. Et le seul moyen pour nous de nous défendre est de reconquérir notre territoire et de le développer. L’abandon de la politique d’équilibre régional fait que c’est nous-mêmes qui exposons notre pays. Car le pouvoir n’est pas hanté par le présent et l’avenir de ce pays.

La question de la politique politicienne a pris trop de place

 

 

A la lecture des discours développés récemment, on comprend que le pouvoir politique actuel est à la recherche de ressources dans le seul objectif de garantir la rente et de s’assurer le maintien. Qu’en pensez-vous ?

C’est une fuite en avant. La profondeur de la pensée stratégique se résume ainsi, pourvu que ça dure. C’est une politique de l’autruche. On veut faire durer le pétrole le plus longtemps possible. C’est non pas une politique d’aménagement et de préparation du pays, mais c’est une problématique du pouvoir. Le pouvoir cherche à se pérenniser. Or, on sait comment il agit. En faisant du social grâce à l’argent du pétrole. 80% du budget de l’Etat vient de la fiscalité dans la mesure où c’est une société qui vit grâce à la richesse qu’elle ne produit pas. Le pouvoir n’est pas obnubilé par l’avenir du pays. Il rattache toutes les problématiques à celle du pouvoir. Ailleurs, les pouvoirs cherchent à se maintenir pour mettre en œuvre un projet politique. Chez nous, le pouvoir cherche à «se maintenir pour se maintenir». Le but lors de la création de Sonatrach était au départ de se passer de Sonatrach. Cela est un objectif de développement. Je ne suis pas de ceux qui disent que le pétrole est une malédiction. Ce sont ceux qui ont été incapables d’utiliser le pétrole qui disent ça pour cacher leur incurie. La problématique pétrolière chez nous a été complètement défigurée et dévoyée par le pouvoir politique.

 

 

Pourquoi les politiques menées jusqu’à aujourd’hui ont-elles échoué, selon vous ? Est-ce un problème de gouvernance ?

Je reviens au problème institutionnel que nous n’avons pas réussi à résoudre. Tout le monde parle de gouvernance. Mais il faut savoir que l’art de la gouvernance c’est l’art de faire produire à une société le maximum de ses capacités créatrices. Or, il ne peut pas y avoir de bonne gouvernance dans un pays où les institutions commettent trois péchés capitaux. Primo, une société marche avec des hommes. Secundo, une société ne peut survivre si elle ne respecte pas les règles et donc sans Etat de droit. Et enfin, le troisième péché capital est l’impunité. L’Algérie est un pays qui ne fait aucun bilan. Et lorsqu’un responsable sait qu’il n’aura pas à répondre de ses décisions, il ne va pas forcément réfléchir avant d’en prendre une. Quand on gouverne, on peut prendre une mauvaise décision, une ou deux fois. Mais qu’on prenne de mauvaises décisions durant des décennies, les situations deviennent très compliquées.

 

Quand je parle d’impunité, cela n’a rien avoir avec les procès menés. Dans ce pays, tous les 5 ou 6 années, il y a une charrette de lampistes qui passent en jugement afin de montrer à la population qu’on s’occupe de la corruption. Quand on voit une charrette comme ça, on peut être sûr que 80% des personnes jugées sont innocentes, mais on veut désigner des boucs émissaires. Les dossiers qui sont montés sont faits pour montrer le bout de la fenêtre et cacher le reste. Le résultat est qu’au fur et à mesure que le temps passe, de moins en moins de cadres ont confiance en l’Etat. Et l’Etat se prive donc de serviteurs, puisque tout le monde arrive à la conclusion que ce qui est dangereux dans un pays normal, c’est-à-dire tremper dans la corruption, ne l’est pas en Algérie. C’est bien au contraire l’intégrité qui est dangereuse pour un cadre en Algérie. Ce qui augmente l’incompétence des preneurs de décisions.

 

Pour avoir une bonne gouvernance, il faut mettre en place les outils garantissant l’adhésion des populations. Il s’agit en premier lieu d’une justice indépendante et efficace, de garantir la sécurité à la population et d’un système fiscal performant. Notre système de fonctionnement des institutions est mauvais. Ce n’est pas un problème de personnes. C’est le système qui est mauvais.

A chaque fois que nous orientons le débat vers des personnes, cela voudra dire que nous sommes sur le mauvais chemin.

 

 

 

Melissa Roumadi, 28 février 2013. El Watan.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Safiya 02/03/2013 02:51

"(...) Convaincre les gens qu'il vaudrait mieux brader tout cela. Qu'il vaut mieux avoir des sociétés étrangères propres que des sociétés publiques qui n'évoluent pas ! Peut-être qu'il y a des
calculs de ce genre (...). On les a mises dans un tel état que même les plus attachés au secteur public ont voulu les privatiser."

C'est fort plausible. Je ne cache pas que je pense la même chose que ce monsieur... il me semble de même que les délestages récurrents de Sonelgaz sont fait dans le but de dégoûter le citoyen au
point qu'il verrait sa privatisation avec soulagement. Comme cela a été fait pour l'eau...
Je vais jusqu'à penser que le pourrissement d'El Kasba est sciemment calculé. Un endroit de rêve, avec vue sur la mer et tout le toutim, occupé par la "plèbe" ?, pensez donc si un tel site n'attise
pas l'appétit des requins de l'immobilier... Et il en va de même pour "Derb", un quartier en plein centre d'oran, tout près du Théâtre, où non seulement on laisse les immeubles s'effondrer un pan
après l'autre mais aussi se développer toute une faune de délinquants prompts à jouer du sabre, qui terrorisent les habitants et règnent en maîtres. Devant le laxisme dont font montre les forces de
l'ordre, je ne suis pas loin de penser que c'est voulu et entretenu. Les premières victimes en sont les commerçants qui ont, paraît-il, tous fermé boutique. Quand toutes les "petites gens" qui
l'habitent seront parties ou relogées ailleurs, qu'adviendra-t-il alors ?

Quand je pense à tout cela j'ai vraiment mal à mon pays...