Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La grève illimitée se poursuit et les médecins résidents étaient hier à Constantine pour définir leur nouveau plan d’action. En attendant, des ponctions sur salaire et, pire encore, des blocages des salaires continuent d’être enregistrés dans plusieurs wilayas du pays. "Les malades, eux, n’attendent pas. Ils se ruent vers les cabinets privés », écrit Fella Bouredji.

 

La reporter fait le point, dans El Watan, de l’état d’esprit des médecins résidents après les propos tenus par le premier ministre, lors d’une récente émission à la télévision, à propos du service civil. les résidents dénoncent notamment les récentes affectations "sans aucune logique". Comme à l’accoutumé, nous ne prenons pas en compte les titres, les inters et les chapeaux, plaqués par la rédaction à l’article du journaliste, en fonction de la ligne éditoriale de la direction. Se reporter donc au lien, en bas de page, pour l'édition originale. 

 

 « Près de 3 mois de grève paralysant les hôpitaux des quatre coins du pays, et la tutelle n’hésite pas à jouer la carte du pourrissement. Une lettre officielle du collectif des médecins résidents a été envoyée, il y a plus d’une semaine, au ministre de la Santé pour ouvrir le dialogue en vue d’une sortie de crise. Aucune réponse ne leur a été formulée à ce jour.

Le Premier ministre, de son côté, les a invités lors d’un débat télévisé à s’expliquer devant la population sur leur refus de sacrifier des années de leur vie pour payer leur dette à la nation qui les a formés gracieusement."Le jour où les politiques s’expliqueront devant la population sur le refus de se soigner dans nos hôpitaux et de préférer le Val-de- Grâce, nous répondrons à cette question" ont-ils tenu à lui répondre hier en marge de la réunion qu’ils ont tenu à Constantine pour faire le point sur leur mobilisation.

La détermination semble toujours au rendez-vous. "358 médecins spécialistes cubains viennent d’avoir des postes pour un salaire mensuel de presque 7000 euros, on ne comprend pas pourquoi des étrangers ont droit à de telles mesures incitatives pour travailler dans les zones enclavées alors que les médecins locaux sont carrément traités avec mépris", explique le Dr Yelles, porte-parole du collectif. Ce sentiment de mépris ressenti par les médecins résidents, qui a très vite compromis les négociations, a justement atteint son comble avec cette nouvelle donne. Plus de 1000 médecins cubains et chinois installés en Algérie soulèvent justement la colère des résidents.

"Ces médecins spécialistes bénéficient des mesures incitatives qu’on réclame, cela révèle tout le mépris que les gouvernants ont pour nous", s’exclame un autre résident. Cette question n’est pas la seule à alimenter leur contestation. "Cette année, 1100 nouveaux spécialistes ont déjà été affectés pour leur service civil. Seulement 10% d’entre eux ont été envoyés au Sud ou dans les zones enclavées. Les autres ont été orientés vers les villes du Centre alors qu’il n’y a même pas de postes ouverts. Cette démarche ne répond à aucune logique, pas même celle faussée du service civil qui doit réguler la couverture sanitaire à travers le pays", explique le Dr Yelles. Les arguments ne manquent pas.

"622 accords favorables pour des recours d’affectation dans le cadre du service civil ont été traités au mois de mai, les autorités veulent calmer les esprits sur cette question du service civil pour maintenir leur position mais ne s’intéressent pas aux véritables problèmes qui motivent nos revendications", souligne la même source (...) ».

Fella Bouredji.    http://www.elwatan.com/actualite/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article