Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Modèle inaccessible au conglomérat familial. DR

Modèle inaccessible au conglomérat familial. DR

« Le secteur privé arabe a-t-il jamais été, ou sera-t-il un jour, un acteur pour les réformes? ». C’est le titre de l'étude réalisée en 2011 par les chercheurs Giacomo Luciani et Steffen Hertog dont la traduction avait été publiée par le défunt journal online la Nation-info. Le 2 août 2011, nous avions mis en ligne un des chapitres de cette étude qui pointe le conglomérat familial attrape-tout comme la structure prédominante dans le secteur privé arabe. Cette prédominance  limite "la profondeur et la spécialisation des unités  d'affaire" écrivent les chercheurs. 

Qu'en est-il cinq plus tard?

 

(...) De hautes barrières d''entrée et l'orientation familiale des entreprises arabes expliquent aussi la structure de conglomérat de beaucoup de grands groupes, qui ont tendance à être étendus à travers beaucoup de secteurs.

Une telle diversification reflète probablement les privilèges systématiques d’acteurs établis, qui pourront démultiplier leurs avantages administratifs et autres dans plus d'un secteur, aussi bien que le besoin de satisfaire ce qui  sont souvent des structures familiales étendues dans la gestion du capital familial. En conséquence, malgré de grands groupes, la profondeur et la spécialisation des unités individuelles d'affaires sont souvent limités - menant aux sortes des questions de gouvernance qui se sont révélées dans la crise économique récente.

Comme les actifs de société sont souvent considérés comme le patrimoine personnel, des fusions et les acquisitions qui pourraient mener à l'apparition de champions nationaux arrivent rarement.

Avec des familles ayant investi à travers beaucoup de secteurs, les intérêts politiques des  grands groupes ont tendance à rester diffus, sapant la politique de lobbying  concentrée et proactive.

C’est probablement non seulement le contexte politique autoritaire de la région, mais aussi la perspective conservatrice et privée de beaucoup de grandes affaires de famille qui explique l’abstention ininterrompue du secteur arabe des affaires  de la politique dans un sens strict. Les hommes d''affaires qui sont ouvertement actifs dans la politique   -soit comme des opposants ou comme les membres du parti dirigeant - ont tendance à se représenter eux-mêmes plus que les intérêts de leur classe. Aucun dissident comme Riad Seif en Syrie ou Hussein Shobokshi en Arabie Saoudite ni les parlementaires pro régime comme Ahmed Ezz en Egypte prétendraient parler au nom du secteur des affaires en général.  

Dans la mesure où des grands acteurs d''affaires sont impliqués dans la politique, cela arrive souvent à huis clos; la vie privée de groupes familiaux trouve son équivalent dans le secret des régimes où à bien des égards les structures de parenté dominent aussi. Que des parties importantes de négociations d'état-secteur privé sur des questions économiques arriveraient aussi par des canaux exclusifs, non-transparent n’est pas une  surprise.

Le régime et les sections importantes du secteur privé sont dans un équilibre dans lequel les deux côtés ont tendance à préférer ouvrir des contacts informels, des arrangements exclusifs et des négociations à plus court terme. Le domaine de politique d''affaires n'est pas complètement incontesté : des nouveaux venus   dans le secteur  des affaires ont essayé de s''organiser d'une façon plus ouverte en Algérie, au Maroc et en Jordanie; l'Egypte a un groupe de pressions de PME qui a été fondé avec l'aide étrangère.

 Ceux essayant de fonder des organisations nouvelles et indépendantes sont souvent des fabricants avec des intérêts d'exportation qui doivent rivaliser internationalement et avoir un intérêt dans un environnement local plus transparent. Leur rôle complet dans les économies arabes est toujours relativement marginal, cependant et même les nouveaux venus les  plus audacieux évitent d'habitude les questions politiques qui ne sont pas strictement liées au monde des affaires.
Les prises de  positions sur les réformes politiques, comme elles ont historiquement été prises par  le monde des affaires dans des pays avancés latino-américains ou de l''Asie orientale en temps de crise, sont généralement évitées. L'activisme de la société  civile concernant les affaires reste en grande partie limité à l'octroi caritatif, des programmes de responsabilité sociétale ou des activités culturelles et éducatives.

La plupart des réformes économiques du monde arabe ont été aussi progressives et complètes sur le papier que dans des autres régions. En pratique, cependant, elles sont sapées par des institutions faibles et le manque de crédibilité tant du côté de l''état que du secteur des affaires.

Dans ce cadre des négociations de fond, significatives entre les deux parties et la mobilisation d''assistance plus large pour des projets de réforme durables, restent difficiles. Par défaut, l'interaction état-secteur privé retourne à l'informel, l’exclusif et le court terme."
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article