Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

  

Riad 2 sauvé des profondeurs du banc des Kabyles

 

 

Dans notre chronique n° 2, nous avons raconté le naufrage du sardinier jijélien Riad 2. Il vient d’être repêché  au large, à Saka, à la hauteur du banc des Kabyles où il avait coulé le 5 juin dernier (voir notre chronique 2 du 16 juin).

 

Le vendredi 8 juillet, les plongeurs Annabis, qui ont déjà effectué des opérations de sauvetage à Jijel, l’ont sorti du fond de la mer où il était à 52 mètres. Le bateau repêché a été posé sur les quais du port de pêche de Jijel, dit Boudis. Après plusieurs jours au fond, Il dégage l’odeur de vase des profondeurs mais semble en bon état. Son filet de pêche est irrécupérable, à part quelques chapelets de liège. A la sortie, il contenait encore le reste de la pêche de bonite maudite, qui a causé le naufrage.

 

Cette énorme quantité de bonite, piégée dans le ring net, était devenue un immense appât. Les pêcheurs ont remarqué un grand nombre de mérous autour de cette bourse de poisson en décomposition. Des mérous de 20 kilo chacun, en moyenne !

 

L’opération de repêchage, au frais de l’armateur, a coûté près de 700 000 dinars. La solidarité des autres raïs a considérablement allégé la facture. Leurs bateaux ont assuré le transport des plongeurs et de leur matériel. C'est cette même solidarité qui a permis de récupérer un sardinier de même gabarit qui avait coulé près de la passe du port de Ziama-Mansouria.

 

La technique de sauvetage utilisée est plus simple et moins onéreuse. Elle consiste à mettre côte à côte les treuilles de deux bateaux de pêche, et à tirer ensemble pour donner plus de force à la traction, au risque de causer des dommages à la coque des bateaux.

 

Auparavant les plongeurs mettent le bateau en état d’être renfloué. Il existe sur le marché, à l’étranger, des parachutes, déjà prêts à l’usage, c’est à dire de gros sacs conçus spécialement pour soulever les charges lourdes lorsqu’on les remplit d'air au fond de la mer.

 

Transformer des réservoirs en plastique en parachutes, c’est une invention locale. Ces réservoirs d’une capacité de 1000 litres sont identiques à ceux qu’on utilise pour les réserves d’eau à la maison. Remplis d’eau, Ils sont attachés avec une corde maintenue par les marins du bateau sauveteur pour qu’ils ne soient pas emportés par les courants. Lorsque les réservoirs arrivent au fond, les plongeurs les attachent au bateau naufragé, un à un. Ensuite, avec une bouteille d'air comprimé, ils injectent l’air dans les réservoirs. Ces réservoirs, devenus des parachutes, ont été répartis de manière à assurer un bon équilibre. Le bateau se décolle peu à peu du fond. Le Riad 2, sardinier de 9 mètres, en polyester, pèse 2 tonnes et demi.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article