Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

abdelmalek sellal communication 

DR

 

 

 

Les tournées du Premier ministre Sellal à travers les willayas et les rencontre avec les «représentants» de la société civile locale n'ont-elles pour but que d'étoffer les relais locaux des inconditionnels du pouvoir, en mettant de côté les forces vives. Kharroubi Habib note ce matin: "les participants conviés à s'exprimer devant lui ne sont pour beaucoup nullement des porte-parole reconnus de la société civile locale et encore moins ceux des citoyens de la wilaya". Ces derniers n'ont d'ailleurs pas manqué de rappeler leur présence, mais dans la rue.
 "Le pouvoir dit oui aux revendications et ignore ceux qui les défendent", c'est ce que j'avais noté le 12 mars dernier à propos des réunions de Sellal dans le grand sud, d'où étaient exclus les dirigeants des mouvement civiques de masse de l'époque, notamment des chômeurs. La veille, un autre article du blog était intitulé : Sud Algérien: Le pouvoir exclut-il du dialogue les "nouvelles élites"

 

 

Se rapprocher «des voyous et nababs» ou du citoyen lambda?

 

 

 

Par Kharroubi Habib, 14 novembre 2013

 

 

 

A sa nomination à la tête du gouvernement, Abdelmalek Sellal s'est fixé pour programme de visiter l'ensemble des wilayate avec pour but que ses déplacements concrétiseront le rapprochement du sommet de l'administration étatique du citoyen que Bouteflika lui a assigné en tant qu'objectif en lui confiant sa nouvelle responsabilité. Depuis, il sillonne effectivement le pays, wilaya après wilaya selon un protocole immuable. Des inaugurations de réalisations achevées ou des lancements de projets en masse que clôture une rencontre avec les «représentants» de la société civile locale.

 

Cette dernière formalité à laquelle se plie le Premier ministre est censée lui permettre de prendre la température du climat social de la wilaya hôte, de jauger la qualité des rapports de ses citoyens avec l'encadrement administratif représentant localement l'Etat et vérifier si les attentes citoyennes sont effectivement prises en compte. Le hic est que ces rencontres du Premier ministre avec les « représentants » de la société civile locale pèchent par la tare qui est que les participants conviés à s'exprimer devant lui ne sont pour beaucoup nullement des porte-parole reconnus de la société civile locale et encore moins ceux des citoyens de la wilaya.

 

Si jusqu'à sa visite avant-hier à Khenchela, Abdelmalek Sellal a cru ou a feint de croire que l'auditoire auquel il s'adresse en clôture de ses visites est réellement représentatif des populations locales et exprime leurs véritables doléances, il lui faut désormais convenir que les citoyens lambda de qui il espère se rapprocher pensent le contraire comme l'ont fait savoir ceux d'entre eux qui à Khenchela lui ont signifié que les participants à la rencontre qu'il allait présider dans leur ville sont ni plus ni moins qu'un ramassis de « voyous et de nababs locaux » entretenus par la rente et bénéficiaires privilégiés de ce qui se réalise dans leur wilaya avec l'argent public.

Il a été certainement excessif et donc forcément injuste que les citoyens qui ont apostrophé Sellal à Khenchela accablent de ces épithètes tous les participants à la rencontre. Il en est certainement qui ne les méritent nullement. Mais en ne faisant pas de distinguo entre les membres de cet aréopage local, les contestataires ont voulu lui faire entendre qu'il s'est embarqué dans un processus de rencontres préfabriquées qui ne peuvent lui permettre de prétendre aboutir à ce rapprochement avec le citoyen qui est censé être l'objectif premier de ses visites dans les wilayate du pays. Et cela pour la simple raison que les citoyens en sont tenus à l'écart.

C'est un secret de Polichinelle que les invitations pour ces rencontres obéissent à des critères de sélection qui ne doivent rien à une volonté de mettre en face du Premier ministre des intervenants susceptibles de lui asséner de dérangeantes vérités, pour lui peut-être, mais surtout pour les autorités locales, et briser ainsi les présentations idylliques dont celles-ci l'abreuvent durant son séjour dans leur région. Sellal a été wali et n'ignore donc pas le côté «folklorique» de l'attribution de la qualité de «représentant» de la société civile ou de notable que fait l'administration locale. Il lui faut par conséquent changer de méthode d'organisation de ses rencontres en ouvrant celles-ci autant que faire se peut aux citoyens lambda, sous une forme ou une autre qui restreindrait le «monopole» de représentation et d'expression que se sont arrogé avec la complaisance intéressée d'autorités locales ceux que les jeunes de Khenchela ont qualifiés de «voyous et de nababs».

 Le Quotidien d'Oran

 

 

 

Le pouvoir dit oui aux revendications et ignore ceux qui les défendent

 

 

Par Saoudi Abdelaziz,  12 mars 2013

 EXTRAITS

 

(...) "C’est une des règles du système en vigueur que des mesures en apparence profitables à tous soient transformées en primes offertes aux circuits clientélistes des « notables » et des clans du Nord auxquels ces notables locaux font allégeance. L’objectif politique commun des clans est constant : il faut couper l’herbe sous les pieds aux  « nouvelles élites » qui émergent dans les luttes de masse.

 

Jusqu’ici, les pouvois publics ont préféré la « concertation » avec les notables-locaux-clients, qui ne représentent que leurs petites côteries. Le gouvernement franchira-t-il le rubicon en rompant avec la politique qui consistait à accepter les revendications, tout en combattant les forces politiques et sociales qui les portent.

 

Ce machiavélisme de courte vue ne fera que creuser encore plus le désert autour des institutions publiques. Il condamne à l’isolement les patriotes sincères, qui souhaitent mettre ces institutions au service du développement, les rendant incapables de faire jonction avec les forces vives du pays. Le pouvoir ne pourra plus, trop longtemp encore, continuer à se mordre la queue.

 

algerieinfos-saoudi.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article