Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Carlos Ghosn, le PDG de Renault

DR 

 

« Carlos Ghosn en clair et net : L'usine Renault en Algérie se fera » titre le Quotidien d’Oran sur la totalité de sa une. L’article qui étaye cette annonce catégorique se nourrit de propos tirés d’une interview du Pdg au Figaro.

 

 

Que dit M. Ghosn? «Nous sommes numéro un des ventes en Algérie. Nous ne pouvons pas ignorer le souhait du gouvernement algérien de se doter d'une usine qui alimenterait le marché local et éventuellement des marchés hors d'Europe. On n'a pas le choix, on le fera. S'il y a une usine en Algérie, nous ferons tout pour qu'elle soit Renault».  

 

 

Si ! Cette deuxième phrase fortement restrictive, que nous soulignons, ne semble pas été prise en compte dans le choix de la une du Quotidien, qui fait croire à ses lecteurs que le feuilleton Renault est enfin achevé. Carlos Ghosn est pourtant réputé savoir peser ses mots. Ce qu’il dit sur la Chine est ainsi par contre « clair et net » : « J’espère pouvoir bientôt annoncer l’implantation de Renault en Chine. Ce marché va être un formidable accélérateur de croissance “.

 

 

Carlos Ghosn a raison de préciser au conditionnel « s’il y a une usine en Algérie » car dans le domaine de l’automobile de tourisme, il y a fort à parier que les groupes européens font cause commune, Volkswagen compris,  pour maintenir le statut quo d’une Algérie importatrice. Les louvoiements sont alimentés périodiquement, pour la galerie, par de nouvelles « conditions ». « On les promène » diraient les Français dans leur dardja. Renault n'a aucun intérêt stratégique à construire une usine en Algérie. Pour M. Ghosn, dit clairement que c'est un hochet du gouvernement algérien-qu'il faut se garder de refuser ouvertement. Le stratège du mangement fait donc faire traîner les choses en longueur, en comptant sans doute sur l'influence du hizb frança pour faire patienter.

 

 

Avant le Figaro, le PDG, sans doute informé de l’exaspération des Algériens favorables à l’industrialisation du pays, avait confié quelques jours avant à l’APS : « Nous négocions et j’espère que bientôt nous allons pouvoir finalement concrétiser. Nous communiquons sur décision. Pour l’instant, on n’en n’est pas là, mais ça progresse bien", "J’espère que bientôt nous pourrons aboutir et que j’aurais la charge moi-même de visiter l’Algérie pour pouvoir concrétiser ce projet".

 

 

Cette promesse pour le moins évasive se transforme en certitude dans le titre de l'article du Temps d’Algérie : « Pour booster la réalisation d’une usine en Algérie, Carlos Ghosn, Pdg de Renault bientôt en Algérie ».

 

 

La palme de la dérive interprétative revient à l’Expressiondont le journaliste sollicitant  une dépêche de l’Aps attribue à Carlos Ghosn, le résumé que fait l’Aps des péripéties de l’affaire : « Le P-DG de Renault a affirmé que le démarrage effectif de fabrication de véhicules devrait intervenir dans 14 mois, suivant la création du joint-venture et non 18 mois comme initialement prévu”.

 

 

 

Suite au prochain épisode…

 

 

 

Saoudi Abdelaziz, 29 septembre 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article