Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

DR

 

   

 

French properties a racheté la prestigieuse chaîne de magasins parisienne Printemps. C’est l’émanation du fonds personnel de l’émir du Qatar, Hamad ben Khalifa Al Thani. Les syndicats dénoncent les circonstances crapuleuses qui entourent ce rachat. « Pour l’instant, les pouvoirs publics et les responsables politiques restent terriblement silencieux sur ce dossier, écrit Mediapart. La présence du Qatar, grand investisseur à Paris et dans les entreprises françaises, les gênerait-elle au point de les amener à fermer les yeux sur certaines pratiques?

 

 

Printemps: les syndicats saisissent le procureur de la République

Par Martine Orange, 23 mai 2013

 

L’intersyndicale du Printemps, qui regroupe la CGT, la CFDT, l'UGIT-CGT et la SAPP, a décidé de passer à la vitesse supérieure. Stupéfaits par l’opacité et les multiples montages qu’ils ont découverts dans la vente du Printemps (voir nos articles ci-contre), ils ont porté, mardi, le dossier au procureur de la République, François Molins.

 

« Nous avons déjà engagé une procédure pour délit d’entrave auprès du tribunal de grande instance, qui est momentanément suspendue dans l'attente d’une nouvelle consultation. Mais ce que nous avons découvert dépasse de loin le seul problème de l’information des salariés. Les commissions exorbitantes, les intermédiaires rémunérés pour des montants insensés, des bonus payés à Singapour… nous ne sommes plus dans le droit social mais dans le droit pénal. Il nous a semblé que le mieux était de saisir le Procureur de la République, car ces pratiques et ces agissements nous paraissent hors la loi », explique Bernard Demarcq, porte-parole de l’intersyndicale.

 

Dans un premier temps, l’intersyndicale a choisi de faire juste un signalement auprès du procureur de la République, afin qu’il analyse le dossier de la vente du Printemps, pièces à l’appui. Les syndicats envisagent de porter une plainte en bonne et due forme, une fois que la justice aura commencé à parler.

 

Parallèlement, le dossier de vente a été déposé auprès du fisc, afin de lui signaler là aussi des pratiques qui s’apparentent à de l’évasion fiscale. Le président du Printemps, Paolo De Cesare, s’est vu notamment promettre un bonus de 22 millions versé dans une structure à Singapour, au moment de la vente.

 

Inquiets de la tournure des événements, les syndicats du Printemps ont informé le cabinet de Christiane Taubira, ministre de la justice, et d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, de toutes leurs démarches. Ils leur ont fait parvenir l’ensemble du dossier qu’ils ont remis au procureur de la République.

 

Pour l’instant, les pouvoirs publics et les responsables politiques restent terriblement silencieux sur ce dossier. La présence du Qatar, grand investisseur à Paris et dans les entreprises françaises, les gênerait-elle au point de les amener à fermer les yeux sur certaines pratiques ?

 

Mediapart

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article