Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

On annonce de nouvelles coupures d’eau prolongées, à Réghaïa et à Tipaza. La gestion du service public de l’eau a été confiée il y a sept ans à la  multinationale Suez. La capitale et les villes environnantes mesurent, en ces temps de canicule, les résultats désastreux de cette décision. L’article de Aïssa Bousboula décrit dans Maghreb émergent les prouesses de Suez, qui fait son beurre depuis sept ans, bénéficiant de fonds publics sans réaliser les investissements pour lesquels elle s’était engagée par contrat. L’Etat semble fermer les yeux.

 

 

 

Les ratés de Suez dans l’alimentation d’Alger en eau potable

 

 

par Aïssa Bousboula

 

 

Les coupures d’eau se multiplient dans de nombreuses communes de la périphérie d’Alger, rappelant la situation de pénurie du début du siècle. Ces incidents, qui se banalisent, contredisent les bilans élogieux publiés par SEAAL, la société qui gère l’eau à Alger, elle-même dirigée par des experts de Suez. Avec la canicule et le Ramadhan, les coupures d’eau et d’électricité constituent un cocktail dangereux.

 

 

Après les coupures d’électricité, Alger a renoué avec les coupures d’eau. De nombreux quartiers subissent en effet des difficultés dans l’alimentation en eau potable depuis le début de l’été. Sous l’effet de la canicule, la consommation a encore connu un bond depuis début aout, révélant des insuffisances qui démentent le discours rassurant des dirigeants de SEAAL, la Société des Eaux et de l’Assainissement qui gère Alger depuis sept ans.

 

Selon nos informations, les abonnés d’une dizaine de communes de l’Algérois n’ont pas d’eau potable en H24. Dans certaines communes, on parle même de « sérieuses difficultés » dues à de longues coupures. Les zones qui subissent une distribution aléatoire, avec des coupures quotidiennes, couvrent toute la ceinture de la périphérie d’Alger. A l’est, Bordj El-Kiffan, Aïn-Taya, Dergana et Heraoua subissent des restrictions qui durent plusieurs heures. Bordj El-Kiffan est même qualfié de « point noir », selon un employé de SEAAL. A l’ouest, Zéralda, Mahelma, Cheraga, Bouchaoui sont soumises aux mêmes difficultés. Mêmes problèmes également à Draria, Baba hassan, Sehaoula, Kheraïcia, et une partie de Birkhadem, au sud-ouest d’Alger. De Bab El-Oued à Hussein-Dey, en passant par Hydra et Bir Mourad raïs, la distribution reste toutefois correcte.

 

Signe de ces difficultés qui s’accumulent: le 1594, le fameux numéro du CATO, le Centre d’Appel téléphonique de SEAAL, est difficilement joignable. Il faut parfois plusieurs minutes pour avoir une réponse d’un opérateur, tant les réclamations sont nombreuses.

 

Ces résultats jettent une ombre sur le contrat conclu en 2005 avec le français Suez, et renouvelé il y a deux ans, pour la gestion de l’eau potable et de l’assainissement à Alger. Le contrat prévoyait la création d’une nouvelle entreprise, SEAAL, détenues à parts égales par l’Algérienne des Eaux (ADE) et l’Office National de l’Assainissement (ONA), et dont la gestion serait confiée à des cadres de Suez, une vingtaine au total. Au terme du contrat, Suez était rémunéré à hauteur de 120 millions d’euros, avec de nombreux objectifs, dont celui de parvenir à une distribution de l’eau potable en H24 à Alger au bout de cinq ans.

 

A l’expiration du contrat, une mission d’audit avait été confiée à une entreprise algérienne, CTH, pour vérifier la bonne exécution de l’accord. La mission avait révélé une série d’insuffisances, touchant aussi bien la distribution, la production, la rénovation du réseau que son bon fonctionnement. Sur les dix volets passés en revue, les enquêteurs avaient émis des réserves sur presque tous les chapitres, mais le rapport final a été édulcoré pour permettre de renouveler le contrat avec Suez.

 

 

SEAAL gère l’abondance

 

 

A côté de l’objectif du H24 non réalisé, le bilan a été en deçà des attentes dans des domaines aussi variés que la rénovation du réseau, l’assainissement, la pose de compteurs et le volet commercial, nous dit un ingénieur qui a requis l’anonymat. Pourtant, dit-il, SEAAL a bénéficié de financements conséquents pour atteindre ces objectifs. Le contrat prévoyait des investissements près d’un milliard d’euros chaque année.

 

SEAAL s’est contenté de ces résultats mitigés malgré l’abondance des ressources. Grâce au barrage de Taksebt et à l’eau provenant des stations de dessalement, Alger reçoit actuellement 1.2 millions de mètres cube par jour, contre la moitié avant l’avènement de SEAAL. Malgré ces résultats en demi-teinte, SEAAL a obtenu la gestion de l’eau potable à Tipaza et négocie actuellement la gestion de l’eau potable à Blida.

 

« SEAAL gère l’abondance. Avant de prendre en charge une ville, elle exige et obtient une augmentation importante des ressources, comme cela s’est passé à Alger et Tipaza, et bientôt à Blida », affirme un ingénieur qui vient de prendre sa retraite. A la décharge de SEAAL, souligne-t-il toutefois, les coupures de courant électrique sont à l’origine d’une partie des problèmes de distribution d’eau potable à Alger. Les coupures d’énergie, fréquentes, perturbent sérieusement le réseau. Il est ensuite très difficile de rétablir la situation quand les coupures sont courtes, dit-il. Mais quand les coupures durent plusieurs heures, comme cela se passe dans les communes périphériques d’Alger, la situation devient ingérable.

 

Aïssa Bousboula, 8 août 2012. Maghreb Emergent

 

 

 

Que se passe-t-il donc de nouveau à la Seaal de Rouïba ?

 

Des lecteurs des quartiers de Haraoua, Mamria, Aïn Kahla nous ont signalé qu’il a suffi la parution d’un article de presse (dans notre quotidien) pour que les responsables accourent et rétablissent l’eau après plus de 15 jours de régime à sec. Mais cela n’a pas duré longtemps et re-belote, les coupures reviennent de nouveau au grand dam des citoyens.

 

«Ceux qui ont la chance d’être près de la conduite principale attendront 3 heures du matin pour faire le plein, car à 6h c’est fini ! Une vie de misère, alors que l’on annonce en grande pompe un approvisionnement H24», disent les plaignants. Selon certains agents de la Seaal, les techniciens redoutent l’augmentation de la pression qui «viendrait à bout des conduites qui ont été mal faites, bâclées ces derniers temps». «Est-ce au consommateur qui exhibe les factures chaque trimestre d’en payer le prix, lui qui paie la note rubis sur l’ongle ?», nous dit un groupe d’abonnés de ces quartiers.

 

«On ne peut pas jouer à cache-cache», ajoutent-ils, car pour eux la Seaal ne fait pas de cadeau, allant jusqu’à «nous menacer de coupures en cas de non paiement». Et s’il y a des responsabilités à prendre, «la Seaal devra le faire vite, l’Etat a engagé trop d’investissements pour que l’eau coule normalement», soulignent-ils non sans dépit.

 

M. Tchoubane, 11 juillet 2012. El Watan

 

 

 

Perturbations dans l’alimentation en eau potable à Tipaza et Réghaïa

 

L'alimentation en eau potable sera suspendue dans plusieurs quartiers de Réghaia (Alger), du jeudi à 21h00 au vendredi à 03h00, en raison des travaux entamés à proximité du château d'eau SIGNA, indique mercredi un communiqué de la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger (SEAAL).

Les quartiers concernés par la suspension de l'alimentation en eau potable sont le centre ville de Réghaia, la cité Faoussi, la cité Signa, la cité DNC, la cité 348 logements, la cité 216 logements et la cité militaire, précise la SEAAL qui met à la disposition de ses clients le numéro de son centre d'appel téléphonique, le 1594 pour toute éventuelle information.

 

Un dispositif d'approvisionnement par citernes sera mis en place afin d'alimenter en priorité les établissements publics et hospitaliers afin de réduire les désagréments ainsi que la population dans les limites des possibilités de la SEAAL, a ajouté la même source. La SEAAL met tout en oeuvre pour rétablir au plus vite la situation et assurer de nouveau la continuité du service, ajoute le communiqué

 

Par ailleurs, une perturbation dans l'alimentation en eau potable touche plusieurs communes de la wilaya de Tipaza, ce mercredi de 9h à 17h, indique un communiqué de la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger (SEAAL).

 

Les communes concernées sont celles de Tipaza, Nador, Sidi Amar, Hadjout, Meured, Cherchell et Sidi Ghiles, ajoute la même source, précisant que ces perturbations sont dues à des travaux de réparation d'une canalisation principale de production d'eau potable, localisée au niveau de la station de pompage de Boukerdane.

 

Un dispositif d'approvisionnement par citernes est mis en place afin d'alimenter en priorité les établissements publics et hospitaliers pour réduire les désagréments causés à la population, ajoute encore le communiqué.

 

El Watan, 8 août 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article