Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Lakshmi Mittal - Queen Elizabeth II Visits Olympic Park

Source: Neil Mockford/Getty Images Europe)

 

 

 

L’intéressant article ci-après explique les choix de gestion de Lakshmi Mittal par sa filiation familiale. « La famille Mittal fait partie de cet ensemble de lignées toutes originaires du Rajasthan et que l'on appelle Marwari », écrit Philippe Lucaks. Leur dharma, leur devoir, leur "vocation", est de s'enrichir. Quels que soient les moyens utilisés. Ce sont eux qui, en Inde, prêtent à des taux particulièrement usuraires et sont, à juste titre, la terreur des paysans ». Les lignées Marwari, qui contrôlent une grande partie de l’industrie indienne, réussissent donc à rivaliser avec les lignées protestantes et juives qui ont modelé le capitalisme financier occidental. On connaît la terreur que toutes ces lignées financières internationalisées, actuellement réunies à Davos pour leurs agapes annuelles, exercent sur des peuples entiers.

 

 

 

 

 

 

 

Quel est le "dharma" de Lakshmi Mittal ?

 

 

 

 

 

 

Par Philippe Lukacs, Ecole centrale de Paris

 

 

 

 

Aujourd'hui, nous nous plaignons que Mittal n'ait pas respecté ses promesses de maintien de l'activité des hauts-fourneaux de Florange. En réalité, dès l'OPA de Mittal sur Arcelor, toutes les informations qui nous auraient permis de relativiser ces promesses étaient à notre disposition. Mais nous n'avons tenu compte que des discours qui étaient prononcés devant nous et des chiffres inscrits sur les contrats. Nous aurions gagné à ouvrir notre regard plus largement.

 

 

 

Lakshmi Mittal s'est présenté à nous comme un homme parti de rien et qui, seul, a construit un empire sidérurgique : une formidable "success story". Nous nous sommes laissés éblouir par ce discours. Nous sommes partis de l'a priori qu'un Indien se construit de la même façon qu'un Européen. Ethnocentriques, nous n'avons pas vu qu'une famille indienne, et en particulier hindoue, fonctionne traditionnellement dans le respect d'une trajectoire familiale spécifique.

 

 

 

Une très rapide recherche sur la famille Mittal nous aurait permis de voir que, de longue date, il s'agit d'une famille commerçante, particulièrement riche et puissante. Non seulement l'histoire de la "success story" de Lakshmi Mittal ne nous aurait pas éblouis, mais cela aurait pu nous inciter à relativiser d'autres histoires qui nous étaient contées.

 

 

 

Nous avons considéré qu'un Indien et un Européen sont guidés dans la vie par les mêmes valeurs universelles. Nous n'avons pas vu que, en réalité, les valeurs qui, dans la culture indienne, guident un hindou, les obligations qu'il doit respecter, sont relatives à sa caste spécifique.

 

 

 

 

 

Communauté d'intérêts

 

 

 

Le dharma de chaque hindou, c'est-à-dire ce qu'il doit accomplir pour réussir sa vie, diffère selon la caste à laquelle il appartient. Nous n'avons pas accordé attention au fait que la famille Mittal fait partie de cet ensemble de lignées toutes originaires du Rajasthan et que l'on appelle Marwari.

 

Elles constituent une communauté d'intérêts (même si elles peuvent être concurrentes entre elles) que défend leur journal bimensuel Marwar - Magazine for the Marwari Community, facilement lisible sur Internet. Ce sont des lignées de commerçants et de prêteurs.

 

Leur dharma, leur devoir, leur "vocation", est de s'enrichir. Quels que soient les moyens utilisés. Ce sont eux qui, en Inde, prêtent à des taux particulièrement usuraires et sont, à juste titre, la terreur des paysans. Un petit nombre d'entre elles (les Birla et Jindal, avec les Mittal) contrôlent trois des cinq majors steel companies (grandes entreprises sidérurgiques), une grande partie de l'industrie manufacturière et du commerce du thé et des textiles.

 

Le bien commun, le respect des contrats n'est en aucune façon dans leur dharma. Pour information, la famille Tata, qui est à la tête du groupe homonyme, fait partie de la communauté des Parsi, qui ont d'autres codes de conduite, et la gouvernance de leurs entreprises est donc toute autre. Eussions-nous prêté quelque attention à cela que nous n'aurions probablement pas accordé le même poids aux promesses qui nous étaient faites(…)

 

 

 

Philippe Lukacs, Ecole centrale de Paris, 21 janvier 2013.Texte intégral : Le Monde.fr

 

Diplômé en ethnologie, Philippe Lukacs enseigne le management de l'innovation à l'Ecole centrale de Paris.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article