Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

 

 

La banque française Société Générale (SG) a annoncé, jeudi 12 décembre, avoir cédé sa filiale égyptienne NSGB, fondée en 1978, au groupe qatari Qatar National Bank (QNB), pour 1,97 milliard de dollars. Ce montant représente la valeur payée pour l’acquisition des 77,17 % des parts de la banque. NSGB représente la plus importante banque de dépôt en Egypte

 

(...) Cette acquisition s’inscrit dans le cadre d’une volonté générale du gouvernement du Qatar d’expansion sur le marché égyptien. L’institution financière QInvest, fer de lance de cette volonté, a déjà acquis, il y a quelques mois, 60 % de la plus grande banque d’investissement égyptienne : EFG-Hermes.(…)

 

Issa Fathi, PDG de Strategic Securities, constate que « cette acquisition a eu un impact négatif sur le cours de l’action en Bourse. Un tel scénario pourrait se reproduire. Si l’instabilité politique demeure, les actifs égyptiens seront menacés, parce qu’ils pourraient être acquis à des prix très faibles, en dessous de leur valeur réelle ».(…)

 

Ossama Mourad, directeur exécutif de l’institution financière Arab Finance, souligne qu’en temps normal, l’investisseur stratégique présente un prix d’achat aligné sur le prix de l’action sur le marché. « Il semblerait bien que la partie qatari se soit fait une spécialité de saisir les offres d’achat en moment de crises, et donc à des prix potentiellement très bas », fait-il remarquer. Chérif Al-Amadi, directeur exécutif du groupe QNB, indique, « au contraire », que l’acquisition se situe dans le cadre de la stratégie d’expansion régionale de son groupe, qui cherche en même temps à diversifier ses sources des revenus.

« Après la finalisation de cette acquisition, notre groupe sera à la recherche d’une des 10 meilleures banques turques. QNB est également intéressée par une expansion au Maroc et en Arabie saoudite », confirme Ramzi Mari, directeur financier de QNB. La banque qatari possède déjà des participations dans des bailleurs de fonds dans de nombreux pays arabes et musulmans tels que l’Indonésie, la Jordanie et la Tunisie.

 

Créée comme banque commerciale en 1964, QNB (détenue à 50 % par le fonds souverain du Qatar) a vite été prise de frénésie expansionniste : elle s’empare de participations dans de nombreux bailleurs de fonds régionaux pour construire sur un marché émergent, soutenue par le gouvernement du Qatar. Elle propose aujourd’hui une large gamme de produits et de services bancaires pour les particuliers et les institutions, s’occupe de trésorerie et d’investissements et propose des services et des produits bancaires islamiques.

 

QNB, en pleine expansion internationale, est présente dans 20 pays, incluant Singapour, la Libye, Oman, le Koweït et le Yémen, qui viennent s’ajouter aux succursales existant à Londres et à Paris, sans oublier un bureau de représentation en Iran.

 

Il semble désormais que le Qatar s’intéresse plus particulièrement au marché égyptien. Cet intérêt se limitera-t-il à des fins d’investissement ou servira-t-il d’autres buts, politiques cette fois-ci, à la lumière des nouveaux liens entre l’Emirat et la confrérie ?

 

19 décembre 2012. Source : Al Ahram-hebdo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article