Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Marc Lynch, professeur de science politique à l'université George Washington. Photo DR

Marc Lynch, professeur de science politique à l'université George Washington. Photo DR

« La semaine du 12 mars 2011 a marqué le tournant ». Marc Lynch témoignait une annéee plus tard de cette courte période au cours de laquelle a été engagée la contre offensive des Occidentaux contre le mouvement des peuples arabes.

 Par Marc Lynch, 20 mars 2012.

Il y a exactement un an, j'étais à Doha pour parler au Forum d’Al Jazeera, où un groupe remarquable de politiciens arabes, des intellectuels et des activistes s'étaient réunis pour parler de l'élan, apparemment irrésistible, des changements balayant la région. Moncef Marzouki, ensuite un dissident de droits de l'homme et maintenant Président de la Tunisie, m'a parlé de ses espoirs pour créer une Constitution authentiquement démocratique - espoirs que le leader d’Al-Nahda Rached Ghannouchi m'a assuré qu’il partageait. Tareq el-Bishri a fait un long discours sur comment la révolution de 1952 de l'Egypte a cédé au despotisme et à l'autorité militaire; les jeunes activistes dans le public pouvaient à peine masquer leur ennui avec le vieil homme, mais ils auraient peut-être dû écouter plus attentivement. Les révolutionnaires libyens à la conférence ont été traités comme des rock stars, comme l’étaient les jeunes activistes de Tunisie, d'Egypte et d'autre Pays arabes. L'humeur était festive et électrique, quoique teintée par l'anxiété sur les atrocités en Libye et les rapports des forces de Kadhafi se déplaçant vers Benghazi.
Mais rétrospectivement, la semaine du 12 mars a marqué le tournant précis loin "du Nouvel Espoir" de ces jours énivrants à Tahrir vers des luttes politiques plus sinistres, plus sombres à venir. Je n'ai jamais fait mon voyage prévu de Doha à Manama. Cette semaine, l'Empire a contre-attaqué:

 L'Arabie Saoudite a aidé à ruiner Bahreïn.

L'intervention du GCC pour écraser le mouvement de protestation Bahreïni a terminé les efforts par les éléments modérés, soutenus par les États-Unis, dans le régime Bahreïni et l'opposition pour trouver une solution politique. Au lieu de cela, le régime Bahreïni et ses partisans saoudiens ont commencé une campagne de terre brûlée contre l'opposition, avec une campagne massive et injustifiable d'arrestations, de torture, de répression, d'abus et de renvois arbitraires qui ont été entièrement documentés dans le rapport la Commission d'enquête Indépendante de Bahreïn. Les mesures de répression ont réussi à court terme, dégageant les rues et cimentant la main mise du régime sur le pouvoir, mais cet avantage momentané est venu aux dépens de la valeur d'une génération de légitimité perdue et des défis à venir. Il a aussi sérieusement endommagé la crédibilité américaine, alors que les Arabes, à travers la région, ont d'une manière significative remarqué le silence public des États-Unis sur les mesures de répression chez un de leurs alliés du Golfe.
 

Les mesures de répression à Bahreïn ont aussi introduit le virus du sectarisme, qui avait jusqu’alors été pratiquement inexistant dans les soulèvements arabes, localement et régionalement.

Le régime Bahreïni et les médias saoudiens ont accusé l'opposition comme étant des provocateurs soutenus par l'Iran, soulignant leur identité Shi'a par la propagande implacable et leur niant l'identité de démocrates et de défenseurs des droits de l'homme qu'ils avaient à ce point avec succès revendiquée. La capacité de ce cadre sectaire mené par le régime pour prendre le dessus dans certains quartiers, tant à l'intérieur de la région qu'à l'étranger, représente une des vraies tragédies du soulèvement arabe entier.

 Le roi Abdallah a suborné le front intérieur.

"Le jour de la colère" appelé, le 11 mars, en Arabie Saoudite, a échoué spectaculairement. Le régime saoudien a alors agi agressivement pour étayer sa propre position intérieure. Le roi Abdullah est apparu à la TV saoudienne pour annoncer une nouvelle campagne de dépenses publiques, qui s'est élevée " à un volume total évalué de 130 milliards de $ ... plus grand que le budget gouvernemental annuel total ne l’était déjà en 2007." Le régime a aussi travaillé les réseaux Islamistes puissants pour garantir qu'ils ne rejoindraient pas de mouvement de protestation. Ceci a non seulement consolidé le front intérieur saoudien, au moins pour l'instant, mais a aussi offert un modèle à suivre pour d'autres États du Golfe.

L'intervention libyenne.

Avec les forces de Kadhafi encerclant Benghazi et la Ligue des pays arabes appelant à l'action internationale, les Nations unies ont approuvé une zone d'exclusion aérienne pour la Libye et l'OTAN a commencé son intervention militaire. Cette intervention reste clairement fortement controversée et son succès suprême dans la création d’une Libye démocratique, stable et unifiée reste dans le doute. L'intervention s’adapte clairement dans le récit de recouvrement des soulèvements arabes et a joué un rôle important pour garder l'espoir pour le changement vivant. Je reste tout à fait convaincu que l'intervention était la chose juste à faire, qu'elle a sauvé beaucoup de vies et a aidé à conduire vers une amélioration profonde en Libye
Mais en même temps, le changement de mobilisations populaires, paisibles de la base à une intervention militaire internationale a inévitablement changé les espérances sur la nature des soulèvements.

Les scènes de bataille et de guerre dominent maintenant les écrans d’Al-Jazeera qui avaient pendant des mois été remplis d’images puissantes des protestataires chantant des slogans. Bien que l'intervention en Libye soit venue contre un régime meurtrier, elle a vraiment contribué au changement vers ce deuxième chapitre plus sombre.

Le Yémen a déraillé.

Cette même semaine, des tireurs isolés ont ouvert le feu sur des protestataires dans l'Université de Sanaa au Yémen. Ce moment terrifiant de violence a déclenché une vague de défections officielles et une division dans l'armée. Certains ont espéré que ceci mènerait à la chute rapide du régime du Président Ali Abdullah Saleh, à la place cela a mené à une longue impasse.

Le mouvement de protestation Yéménite, incroyablement résistant et créatif, s'est trouvé pris au piège entre les centres rivaux du pouvoir militaire et de plus en plus exclu des dialogues politiques qui se sont concentrés sur les partis d'opposition traditionnels.

Que le plan de transition du GCC qui a finalement enlevé Saleh de la Présidence réussisse ou pas à faire avancer le Yémen, les longs mois d'impasse et les images horribles de violence et la tragédie humaine au Yémen ont un peu plus émoussé l'élan régional.

 Le référendum de l'Egypte.

Aussi en cette même semaine, les Egyptiens ont voté à une grande majorité en faveur d'un référendum constitutionnel qui a tracé la voie pour une transition problématique, menée par l’armée. Le haut taux de participation et le soutien fort pour le référendum constitutionnel ont infligé le premier recul majeur aux activistes égyptiens, dont beaucoup avaient fait campagne contre le référendum, mais avaient maintenant trouvé leurs efforts de mobilisation inondés par le processus électoral. Le vote a encouragé le Conseil Suprême des Forces armées, qui ont maintenant revendiqué un mandat populaire pour leur chronologie de transition. Le vote a présagé les heurts à venir au cours de l'été entre les protestataires et le régime, aussi bien que les résultats des élections Parlementaires de cet hiver.

 Protestations syriennes.

Comme si tout ceci n'était pas assez, la même semaine a vu les premières manifestations populaires significatives éclater en Syrie. La lourde répression par les forces de sécurité syriennes a mis en mouvement la spirale de répression et mobilisation qui a mené le pays à la guerre civile et la violence effroyable. Les protestataires syriens et le régime peuvent de la même façon avoir été influencés par l'intervention en Libye, avec des activistes espérant attirer une intervention semblable et le régime décidé à empêcher une telle escalade à commencer.

Les efforts saoudiens et qataris de conduire l'action arabe et internationale contre le régime syrien que cela soit par préoccupation pour les tueries ou par hostilité envers l’Iran, ont été une caractéristique illustrant l'année suivante.

Quelle semaine ! Rétrospectivement, il apparaît clairement que les événements dramatiques, presque simultanés en Arabie Saoudite, au Bahreïn, en Syrie, Libye, Egypte et au Yémen, pendant une seule semaine, il y a exactement un an, ont conduit vers une qualitativement nouvelle phase dans les soulèvements arabes. C'est difficile aujourd'hui de même se rappeler l’excitation donnant le vertige de ces quelques premiers mois, quand tout a semblé possible et le monde arabe entier a semblé lié ensemble dans un récit unique de changement inévitable.

La violence s'intensifiant, la détermination sinistre de régimes pour garder le pouvoir, la fragmentation de l'ordre du jour régional, les transitions bloquées, la montée des Islamistes, le sectarisme méchant - tout ceci a poussé beaucoup d'observateurs et analystes à se détourner de leur premier enthousiasme.

 

Mais c'est prématuré. Nous sommes toujours au début d'une transformation structurelle profonde dans le monde arabe et il n'y a aucun retour au vieux statu quo. Les soulèvements arabes sont loin d'être terminés, peu importe combien de régimes arabes voudraient qu'ils le soient. N'oubliez pas : Darth Vader pourrait sembler avoir le contrôle pendant l'Empire Contre-Attaque mais nous savons tous ce qui est arrivé dans le Retour du Jedi.

 

 Source: la Nation.info

 

Article paru dans Foreign Policy et traduit pour La Nation par Hadj Ben

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article