Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Après la publication hier d’un extrait de l’article d’El Kadi Ihsan sur la réactivation des luttes de clans tournées vers les prochaines élections présidentielles, nous postons aujourd’hui un extrait de l’intéressant et allusif commentaire paru dans Le Quotidien d’Oran sous la signature de Ghania Oukaci.

 

 

 

(...) L'homme des solutions aux situations complexes ?


En réponse à l'affirmation d'un responsable local qu'il y a une étude sur l'exploitation de l'eau qui est en train d'être faite et que dans deux mois, elle sera finalisée, Sellal dit à un agriculteur qui s'est plaint de la lenteur de l'administration, «si dans trois mois, elle n'est pas prête, viens me voir à Alger, je te paierai même un café.» A l'agriculteur qui a fait des éloges au wali présent sur les lieux, il lui a lancé «tu n'as pas besoin de la brosse, tu dois produire.» Il dira aussi à un jeune exposant qui déplorait le manque d'argent pour produire, «si on te donne de l'argent, tu ne vas pas disparaître dans la nature, ou tu vas te marier avec Le mot pour rire, Sellal l'a, comme à son habitude, employé, mais cette fois, dans sa première sortie sur le terrain en tant que 1er ministre. Il n'a donc pas changé et reste «accessible» aux yeux des défavorisés et désavantagés qu'il rencontre souvent sur son chemin à l'intérieur du pays. C'est qu'il a une nature sympathique dans le corps d'un politique averti et rompu aux pratiques des arcanes du Pouvoir. Ce dernier ne l'a certainement pas choisi parce qu'il est élégant ou pince-sans-rire.

 

Contrairement à Ouyahia, Sellal semble incarner, pour l'instant, un consensus qui empêche le Pouvoir de s'effriter. D'ici à 2014 et même avant, il gérera les «affaires» courantes de la cité pour mettre en confiance les citoyens et leur montrer que «les gouvernants tant décriés peuvent être bons.» Il est venu pour rassurer des populations qui se sentent délaissées. «L'Etat a les moyens qu'il faut, mais le rythme des réalisations des projets est lent, il faut accélérer la cadence des travaux», avait-il dit à Ouargla. Il a donné des instructions pour prendre en charge les problèmes du chômage, du logement, des jeunes et des agriculteurs. En jetant une poignée de grains de blé tendre sur la terre fraîche de Sidi Abdellah, le 1er ministre s'est rappelé Victor Hugo et «le geste auguste du semeur» que «l'ombre semblait élargir jusqu'aux étoiles.»

 

 

Il est sûr que si les problèmes des citoyens ne sont pas pris en charge, il perdra le crédit qu'il a engrangé en tant que responsable avant même qu'il ne se soit habitué à la montée des marches du Premier ministère. Ceci, même si le consensus qu'il représente actuellement penserait à faire de lui l'homme des solutions aux situations complexes, y compris celles à l'horizon 2014.

 

Ghania Oukaci, 12 novembre 2012. Texte intégral : Le Quotidien d’Oran



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article