Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

A Mahdia (wilaya de Tissemsilt)

 

 

Les travailleurs du complexe meunier ont repris le travail après avoir arraché trois résultats :

augmentation des salaires de 30%, indemnité d’un mois et demi par année travaillée pour une durée maximale de quinze ans au profit de ceux qui veulent quitter volontairement l’entreprise, bonus de deux cent mille dinars pour ceux qui partent à la retraite.

Ces résultas ne pourront être considérés comme des acquis que s’ils sont confirmés dans la pratique.

Cependant la victoire n’est pas totale. Elle est entachée d’un arbitraire révoltant : le licenciement des membres de la section syndicale avec la caution de l’inspection du Travail. Un déni flagrant de la loi soutenu par celui-là même qui est en principe chargé de défendre son respect.

Pour empêcher ces syndicalistes d’entreprendre une procédure judiciaire, l’inspecteur du Travail leur a conseillé de ne rien faire, sous peine de poursuites pour les "pertes" soi-disant occasionnées à ces patrons voraces, tout en sachant que la grève a été décidée par l’ensemble des travailleurs dans un résolution signée nominativement et fermement assumée par chacun d’entre eux.


A rouiba

 

Le Tribunal ordonne la réintégration des syndicalistes licenciés par Heineken 

Le tribunal de Rouiba a prononcé un jugement en faveur des membres de la section syndicale de la brasserie Heineken Rouiba, dans l’affaire qui les oppose aux patrons de cette usine.

L’arrêt du tribunal porte sur la réintégration avec indemnisation des membres de la section syndicale. Les travailleurs des secteurs techniques et de production s’étaient mis l’an dernier en grève illimitée pour dénoncer l’arbitraire et le favoritisme qui caractérisent l’attribution des salaires, le comportement irrespectueux du Directeur des Ressources Humaines et le non respect par le patron de la réglementation du travail.

Le responsable de l’union de Wilaya UGTA s’est mis du côté des syndicalistes en intervenant auprès de l’inspection du travail qui avait fait preuve d’une défaillance flagrante en refusant d’établir le PV de non-conciliation.

Cependant, l’arrêt du tribunal ne touche pas encore les autres travailleurs licenciés. Leur cas devrait être traité dans le cadre d’une autre procédure.

Les travailleurs licenciés et arbitrairement privés de ressources depuis plus d’un an espèrent que le tribunal se prononce dans de brefs délais dans le même sens.

 

 

C.P., 26 février 2013. alger-republicain.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article