Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

L’association Machaâl Echahid, qui a organisé hier une conférence sous le titre “Halte de reconnaissance à Si Tayeb El-Watani”, animée par le professeur Mohamed Abbas en présence de certaines personnalités dont l’ex-ministre et figure de proue du FLN, Abderazak Bouhara, des étudiants, des collégiens et des lycéens ainsi que d’anciens compagnons du défunt, comme Tayeb Ethaâlibi, l’a vérifié, à ses dépens.

“Pourquoi l’a-t-on tué ?” a interrogé un adolescent, parmi une série de questions sur le défunt, aussi encombrantes les unes que les autres, certains élèves ayant eu même droit à des applaudissements. Face à une telle question, sans doute inattendue par les conférenciers, il fallait un trésor d’imagination pour s’en sortir. “Il savait que la mission était difficile, mais il a répondu à l’appel du pays. Ce fut une période transitoire qui ne lui a pas permis de faire son travail”, affirme le professeur Mohamed Abbas. Cet enseignant ne manquera pas de suggérer, à demi-mot, que le défunt gênait “certaines parties”.

Interrogé, par ailleurs, sur l’initiative envisagée par Nacer Boudiaf, une pétition pour la vérité sur l’assassinat de son père, Mohamed Abbas répond que “c’est à la société civile de jouer son rôle, si son appel a des échos”. “Il faut que les Algériens sachent par qui et pourquoi il a été assassiné. Ce n’est pas un acte isolé. Et si la justice algérienne ne rouvre pas le dossier, j’irai, avec ma famille, devant la justice internationale”, avait affirmé, jeudi dernier, à Paris, Nacer Boudiaf, lors de la présentation de son livre L’Algérie avant tout. Auparavant, Mohamed Abbas s’est longuement étalé sur le parcours de l’ancien président du HCE, depuis son service militaire et les péripéties qu’il a connues par la suite, dont son opposition à l’état-major. “Il était exilé, mais son assassinat l’a fait beaucoup connaître”, observe-t-il. Ancien ami du défunt et compagnon de longue date, Tayeb Ethaâlibi a admis que l’assassinat de Boudiaf est “un crime politique parfait”.

Pour celui qui a créé la Fédération du FLN du Maroc, puis celle de Tunisie, la démarche du fils Nacer “est légitime”. Il a confirmé l’information donnée par Nacer Boudiaf selon laquelle Mohamed Boudiaf avait chargé, lors de sa prise de fonctions, des éléments des services, qui seront éliminés plus tard, pour enquêter sur les avoirs des dirigeants algériens à l’étranger.
Mais pour lui qui n’a pas pu contenir ses larmes lorsqu’on lui fait remarquer que beaucoup de questions posées par des élèves n’ont pas eu de réponse, “il y a des vérités qui ne peuvent pas être dites”. Il compte bientôt publier ses mémoires.

 

Karim Kebir, 17 janvier 2012 (Extraits). Liberté

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article