Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Merkel et Sarkozy en 2011. Photo DR

Merkel et Sarkozy en 2011. Photo DR

 

En novembre 2011, à l'annonce d'un référendum par le gouvernement Papandréou, une tranche d'aide de 18 milliards d'euros a été suspendue en represailles. « Vous pouvez comprendre pourquoi Merkozy est si affolée par l'idée d'un référendum." déclare Peter Tchi, l'auteur de l’étude dont rend compte le journal économique français La Tribune. Il démontre que : "La majeure partie de l'argent que la grèce "touche" retourne directement dans le reste de l'UE.

A qui profite le plan de sauvetage de la Grèce

La Tribune.fr,  9 novembre 2011

Selon certains analystes, entre 58 et 70% de l'argent injecté dans le pays ressortent directement alors que seulement 19% financent réellement le fonctionnement du gouvernement.

La Grèce doit se dépêcher de former un gouvernement et de confirmer qu'elle suit le plan d'ajustement dicté par le FMI afin de toucher la prochaine tranche d'aide de 8 milliards d'euros, qui a été suspendu la semaine dernière en raison de l'annonce d'un référendum par Papandréou. 

Mais à quoi va servir cet argent ? C'est ce que se demande Peter Tchir sur le blog financier Zero Hedge, qui affirme que seulement 19% de l'argent versé à la Grèce financent réellement des dépenses publiques.

Partant du constat que la Grèce a un budget primaire (hors remboursement de la dette) de 6 milliards d'euros, soit 1,5 milliards d'euros par trimestre, cela signifie que les 6,5 milliards restant servent uniquement à rembourser la dette et à payer les intérêts. Mais qui détient cette dette ?

Du peu que l'on sait, les banques grecques en possèdent à hauteur de 75 milliards d'euros, tandis que d'autres institutions grecques en ont acquis pour environ 25 milliards. Mais comme les banques grecques se refinancent massivement auprès de la BCE en mettant en pensions leurs titres de dette souveraine en échange de cash, on peut considérer que la BCE touche une grande partie des coupons versés par le gouvernement grec, environ 55 milliards s'avance Peter Tchir.

Quant aux investisseurs étrangers et les pays qui ont prêté bilatéralement à la Grèce, ils  détiennnent pour leur part entre 175 et 200 milliards d'euros.

Au global, seulement 19% de l'argent prêté à la Grèce financent effectivement des dépenses publiques tandis que les 79% restants sont versés à des investisseurs ou à la BCE. 

La démonstration de Peter Tchi commet quelques raccourcis, et se heurte à l'opacité des chiffres, mais sa conclusion reste édifiante. "Certes, la Grèce est en train d'être renflouée, mais vous pouvez comprendre pourquoi Merkozy est si affolée par l'idée d'un référendum." déclare l'auteur qui poursuit : "La majeure partie de l'argent que la grèce "touche" retourne directement dans le reste de l'UE. Quoi qu'il se passe, la Grèce  ne remplira pas ses objectifs dictés, et cela tant que l'Union Européenne n'aura pas effacé assez de dette - et que la BCE pourra encaisser le choc."

9 novembre 2011. Lien La tribune.fr

 Mis en ligne par le blog le 10 novembre 2011

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article