Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

La gendarmerie les avaient arrêtés pour bloquage d’une route. Avec près d’un millier de d’autres salariés de Batimetal, Ils entendaient sortir leur revendiquations du huis clos de l’entreprise et du silence officiel et médiatique. D’autant plus que certaines de leurs exigences portent  sur des points qui relèvent des pouvoirs publics, notamment la nécessite d’un bilan, jugé désastreux, de la privatisation effectuée en 2008.

Parallèlement à la libération des trente deux travailleurs, la presse nie que des ouvriers ont été blessés. Plus encore: une campagne de désinformation est engagée pour dénaturer le sens de leur action.

Ainsi le quotidien qui, hier, avait repris les dépêches de l’AFP donnant la parole aux syndicalistes de Batimetal, tourne le dos à ces derniers et se borne aujourd’hui à noter, après avoir évoqué un jugement du Tribunal dont il ne dit rien : « Dans ce contexte, plusieurs observateurs n’ont pas manqué de souligner que ces travailleurs sont manipulés par des individus étrangers à l’entreprise, ayant des ambitions politiques » (El Watan 29/10).

Quels sont ces observateurs que le quotidien « démocrate » se proclamant « anti-système » semble croire sur parole contre les centaines de grévistes anonymes sans parole.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article