Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les militaires ont été à nouveau attaqués près d’Abidjan, dans la ville de Dabou.

DR

  

Des hommes armés non-identifiés ont attaqué des bases de la gendarmerie et de l'armée et libéré une centaine de prisonniers à Dabou, en Côte d'Ivoire, au cours d'un raid nocturne qui s'est terminé hier matin.

Les violences à Dabou surviennent après une série d'attaques à Abidjan et ses environs, ainsi que dans l'Ouest, qui replongent le pays dans les tensions plus d'un an après la fin de la crise décembre 2010-avril 2011, qui avait quelque 3.000 morts.

 

Dix militaires avaient été tués les 5 et 6 août à Abidjan, lors d’attaques contre une caserne et des postes de police et de gendarmerie. Le gouvernement avait accusé des pro-Gbagbo, mais le parti de l'ex-président, le Front populaire ivoirien (FPI), avait rejeté ces allégations, considérant que la confusion entretenue, préjudiciable pour la paix peut servir de « prétexte à des représailles de la part des Frci contre les populations ».

  

  

Les Frci est le nom donné à l’armée ivoirienne qui est l’objet de toutes les attentions françaises : le 1er août, la France et la Côte d’Ivoire signaient, à Abidjan, quatre conventions de coopération militaire, concrétisant l’accord de partenariat et de défense entre les deux pays, signé le 26 janvier dernier à Paris.

 

Après les nouvelles attaques, la France, ex-puissance coloniale, a estimé jeudi que "le climat d'insécurité actuel est préoccupant" et a appelé "au calme". "Le désarmement et la réforme des secteurs de la sécurité doivent plus que jamais être une priorité, tout comme la poursuite du processus de réconciliation nationale et la lutte contre l'impunité", a dit le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, Vincent Floreani. Libération 

 

Signe de l'inquiétude des autorités, le président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro est remonté en première ligne, multipliant ces derniers jours les rencontres avec les chefs de l'armée. Premier ministre et ministre de la Défense jusqu'en mars dernier, c'était l'ex-chef de la rébellion pro-Ouattara, dont de nombreux éléments ont intégré les FRCI.

 

Synthèse blog, 17 août 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article