Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Shugaban falesdinawa Mahmoud Abbas da Sarkin Qatar Sheikh Hamad bin Khalifa al-Thani da shugaban Hamas Khaled Meshaal bayan kammala yarjejeniya a birnin Doha.DR

 

 

On apprend ce matin par une dépêche de l’AFP : « Le ministère israélien des Affaires étrangères propose de "renverser" le président palestinien Mahmoud Abbas en cas de succès de la demande d'élévation du statut de la Palestine à l'ONU à la fin du mois, selon un document d'orientation politique. "Renverser le régime d'Abou Mazen (Mahmoud Abbas, NDLR) serait la seule option dans ce cas", dit ce projet de document obtenu mercredi et qui doit être entériné par le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman avant d'être soumis au gouvernement dans son ensemble.

Mahmoud Abbas semble pourtant depuis déjà de longues années une pièce maîtresse du dispositif visant à enliser la combattivité du peuple palestinien. On ne peut s’empêcher au vu de cette nouvelle indiscrétion crée par les services israéliens, d’évoquer les écrits de Baltazar Gracian, ce Jésuite repenti qui avait dévoilé les ficelles de son ordre.

 

« N’avez-vous jamais entendu nommer le fameux Cacus ? Eh bien celui-ci l’est de la politique ; j’entends, un chaos de la raison d’Etat. Tous les politiques courent de cette façon, à l’inverse des autres ; ainsi procèdent-ils pour dérouter l’attention d’autrui, pour confondre les raisonnements. Ils ne voudraient pas que par leurs traces l’on puisse suivre les fins auxquelles ils tendent ; ils montrent un côté et donnent dans l’autre ; ils publient une chose et en exécutent une autre ; pour dire non ils disent oui ; toujours au contraire, occultant leurs desseins par des signes opposés. Pour ceux-là il faut un autre Hercule, qui avec habileté et fermeté vérifie leurs empreintes et châtie leurs intrigues ». (Baltasar Gracian. Le Criticon (1651). Editions Allia, première partie, p 74.)

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article