Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Le nouveau gouvernement libyen, qui sera chargé de reconstruire et unifier le pays jusqu'à des élections générales dans sept mois, a prêté serment jeudi, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les ministres ont juré devant le chef du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, de "rester fidèles aux objectifs de la révolution du 17 février" et de "préserver l'indépendance de la Libye, sa sécurité et l'unité de son territoire".

Quelques ministres, dont ceux de la Défense et du Pétrole, étaient absents et prêteront serment d'ici quelques jours, a indiqué le Premier ministre Abdel Rahim al-Kib.
 

"C'est un moment très joyeux, tout le monde est excité. Nous avons eu une réunion très excitante, très productive", s'est-il félicité devant la presse.

24 novembre 2011. El Watan-Agence France presse

 

… « Très joyeux et excité », conclut l’article de l’AFP, sur une note euphorique bien dans le sentiment de la rédaction d’El Watan. Comme souvent, le soutien militant à une cause entraîne à dire comme le Père Ubu : « coupez ce qui dépasse ! » El Watan aurait pu quant même prendre la peine de nouis faire connaître le contenu de la dépêche suivante émanant de la même Agence France presse : EXTRAITS

 

La tribu berbère des Amazighs, minorité persécutée sous Kadhafi, vivant dans l'ouest du pays, s'estime lésée et conteste le nouveau gouvernement libyen. Dans un communiqué, les Amazighs ont dénoncé leur "marginalisation", se jugeant exclus des ministères importants. Leur représentativité dans le gouvernement "ne correspond pas à leur présence" et à leur contribution à la révolution. Ils demandent une plus grande reconnaissance de leur culture et de leur langue au sein de la nouvelle Libye.

 

A Benghazi, des dizaines de manifestants menés par des membres des tribus Aouagi et Maghariba ont exprimé leur rejet du gouvernement d'Abdel Rahim Al-Kib, dénonçant, eux aussi, la mauvaise représentativité au sein du pouvoir éxécutif des ressortissants de la ville, fer de lance de la contestation contre Mouammar Kadhafi. En signe de contestation, ils ont déployé une affiche "Non à un gouvernement d'étrangers !" devant l'hôtel qui abrite les bureaux du Conseil national de transition (CNT).

 

Les manifestants ont par ailleurs appelé les Libyens, et les Amazighs en particulier, à geler provisoirement leur coopération avec le Conseil national de transition (CNT) ainsi qu'avec le gouvernement "tant que le CNT ne prêtera pas attention aux revendications des Libyens amazigh".

Il n'y a en revanche aucun signe de dissidence de la part des islamistes, qui n'ont reçu aucun poste de première importance dans le cabinet appelé à gouverner le pays dans l'attente d'élections prévues dans un délai de huit mois. Ce choix du nouveau premier ministre, Abdel Rahim Al-Kib, risque cependant de lui attirer leurs foudres.

 

Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine, s'est réjouie de ce nouveau gouvernement qui témoigne d'une "avancée significative vers la démocratie", a-t-elle déclaré, avant de préciser que les Etats-Unis étaient prêts à travailler avec lui.

 

Source : Afp, 23 novembre 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article