Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Retours en Algérie

 

 

 

 

 

Par Akram Belkaïd, 21 novembre 2013

 

(…) Concernant l'Algérie, je ne pouvais, là-aussi, que souhaiter la victoire des Verts (de grâce, cessons de désigner nos joueurs par ce surnom stupide de fennecs). Je fais partie de cette génération qui continue de rêver aux exploits des Belloumi, Madjer, Assad et autres Dahleb, Merzekane ou Fergani mais je ne demande pas mieux que de vibrer encore grâce à du beau jeu à l'algérienne (ce qui, il faut être honnête, est loin d'être le cas depuis le début des années 1990). Et j'espère que l'Equipe nationale (EN) nous transportera de joie en juin 2014 et qu'elle nous fera oublier sa triste et insipide prestation sud-africaine.

Mais ce qui me pose problème, c'est l'inévitable récupération politique de cette qualification. Je vais donc être clair à ce sujet : oui, et mille fois oui, à cette quatrième qualification à une Coupe du monde de football. Non, et mille fois non à un quatrième mandat pour le président Abdelaziz Bouteflika. Sur le terrain, c'est la jeunesse algérienne qui a fait la différence. C'est à elle, à son talent, à son engagement (et à son coach Vahid Halilhodzic) que l'on doit la qualification. Et c'est aussi à la jeunesse algérienne de faire enfin entrer notre pays dans le 21ème siècle. Il y a quelques temps, l'actuel président avait déclaré - à la grande satisfaction de nombre d'Algériens - qu'il était temps que sa génération passe la main.

Ce n'est pas parce qu'une cour de flagorneurs (et de calculateurs) est prête à tout avaler - et un quatrième mandat est une plat qui me paraît bien indigeste - qu'il faut remiser la revendication du changement et de la rupture. A dire vrai, et à bien y réfléchir, le foot, ce n'est que du foot. On prépare un match, on le joue, on le perd ou on le gagne et on passe au suivant. Les supporters les plus passionnés finissent eux-mêmes par tourner la page. Cela ne change pas la donne, cela ne garantit pas le développement et la croissance économique. Cela ne rénove pas les hôpitaux, cela ne réduit pas la pauvreté, cela ne protège pas l'environnement. Par contre, la politique, la vie d'un pays et des ses institutions, tout cela est bien plus sérieux, plus fondamental. Heureux à la perspective de suivre le mondial brésilien, les Algériens (mais aussi les Algériennes) ne doivent pas perdre de vue l'essentiel. Et l'essentiel, l'urgent, c'est la Refondation d'un pays bien mal en point. Un pays dont les inquiétants déséquilibres, qu'ils soient sociaux, économiques ou même politiques, méritent bien plus de passion et d'engagements qu'une compétition sportive, fut-elle aussi prestigieuse que la Coupe du monde de football.

 

Extraits de La chronique du blédard : Du foot, de l’extrême-droite française et du quatrième mandat d'Abdelaziz Bouteflika

 

Source : akram-belkaid.blogspot.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article