Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Lakhdar Brahimi déclarait hier à la chaîne TV de l'ONU «la Syrie est sans nul doute la plus grande menace pour la paix et la sécurité dans le monde aujourd’hui(...). Les allégations selon lesquelles les armes chimiques ont été utilisées à quelques kilomètres du cœur de Damas soulignent l’importance de cette crise et ses dangers, non seulement pour le peuple syrien, mais aussi pour le monde (...)Le problème, c’est que chaque partie prenante à cette guerre civile pense  gagner sur le plan militaire (...) Personne ne va gagner. Il ne peut y avoir qu’une solution politique, et le plus tôt on y  travaillera, le mieux ce sera».

 

 

"Damas doit jouer la transparence"

 

"On est subitement dans un retournement total de situation note à propos des armes chimiques l'éditorialiste M. Saadoune dans Le Quotidien d'Oran. la Syrie revient sur le devant de la scène, les discours interventionnistes reprennent de la vigueur et l'Egypte est, presque, reléguée au second plan. Le régime de Damas travaillerait-il contre lui-même en livrant cette «perche chimique» à ses adversaires ? On a de la peine à y croire. Mais il est clair que face à la redoutable machine médiatique qui a déjà tranché. Les Russes l'y incitent. Et ils n'ont pas tort".

 

     

 

 

"Projet pour plonger le Liban dans la discorde entre sunnites et chiites"

 

"De la banlieue au Nord, la même main destructrice..." titre ce matin le commentaire de l'Orient le Jour. "le Liban étant désormais directement dans la tempête, écrit Scarlett Haddad. Selon une source du 8 Mars, les explosions de Tripoli et celle de Roueiss ont la même origine et le même objectif. Elles donnent en quelque sorte raison au secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui disait, dans son dernier discours du 16 août, qu’il existe un. La voiture piégée de Roueiss avait pour but de pousser les chiites à s’en prendre aux sunnites et à avoir des réactions violentes de représailles contre eux. Les chiites n’ayant pas réagi – en raison notamment des appels au calme de leurs leaders –, il y a eu les explosions de Tripoli, pour pousser cette fois les sunnites à accuser les chiites et à se soulever contre eux". 

 

 

 

Base secrète britannique au Moyen-Orient
 

La Grande-Bretagne a installé une base secrète de surveillance internet au Moyen-Orient, selon un rapport citant les derniers documents obtenus par l’ex-consultant du renseignement américain en fuite, Edward Snowden. Selon le journal The Independent, ce rapport ne mentionne pas le pays où est localisée cette base, mais révèle qu’elle peut intercepter des mails, des appels téléphoniques et toutes les données circulant sur internet, pour le compte des Etats-Unis et d’agences de renseignement d’autres pays. Le journal indique que cette base utilise les câbles sous-marins en fibre optique implantés dans la région.

 

 

 

Les coups d'Etat de la CIA reconnus officiellement

 

Le délai pour les garder secrets étant dépassé, des documents ont été déclassifiés. Les Etats-Unis reconnaissent officiellement avoir organisé des coups d'Etat dans sept pays. Le Guatemala, le Congo, la République dominicaine, le Vietnam, le Brésil, le Chili, et maintenant l'Iran... Ces sept pays ont en commun d'avoir vu leur gouvernement renversé, pendant la seconde moitié du XXe siècle, par des coups d'Etat clandestinement soutenus par les Etats-Unis... avant d'être officiellement reconnus. Foreign Policy en a dressé la liste – sans compter les renversements dans lequel le rôle de la CIA est seulement suspecté. Pour l'Iran, les documents déclassifiés ont permis de révéler officiellement le rôle actif de la CIA dans la destitution en 1953 du premier ministre Mohamed Mossadegh, l'homme, qui avait eu la mauvaise idée de nationaliser le pétrole de son pays.  

 

CONTREPOINT-"Désespoir et pessimisme" en France

"De récents sondages ont causé l’étonnement en assurant que les Français battaient tous les records de pessimisme . Si le sujet était moins grave, la surprise d’une presse alignant chaque jour les motifs de démoralisation, la situation économique morose, les perspectives d’avenir éloignées, les tragédies planétaires ou les menaces les plus diverses, pourrait prêter à sourire. Même sans suivre cette actualité, on sait l’appauvrissement de la plupart des gens et leurs inquiétudes pour leur avenir proche et celui de leurs enfants. L’enrichissement de quelques-uns, étalant leur fortune, n’entretiendrait-il plus leurs rêves, pas plus que les jeux d’argent ou le divertissement télévisé ?" (Suite de l'article d'Alain Garrigou sur Les blogs du Monde diplomatique)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article