Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 Karl Marx : « S’il est vrai que l’ensemble de ce mouvement apparaît comme un processus social, et que les moments isolés de ce mouvement partent de la volonté consciente et des fins particulières des individus, il est tout aussi vrai que la totalité  du processus apparaît comme une connexion objective dont l’origine est naturelle ; qui résulte certes de l’influence réciproque des individus conscients entre eux, mais qui n’est pas inhérente à leur conscience, ni subsumée en eux en tant que totalité. Leurs chocs mutuels produisent une force sociale étrangère, supérieure à eux ; leur influence réciproque comme processus et pouvoir indépendant d’eux, en tant que force devenue autonome, on pourra la présenter comme une force naturelle, un hasard ou sous tout autre forme qu’on voudra, est le résultat nécessaire du fait que le point de départ n’est pas l’individu social libre. » (Grundrisse 1857-1858).

Berthold Brecht : « D’une manière générale, les opinions des gens m’intéressent beaucoup plus que leurs sentiments. Les sentiments partent la plupart du temps des opinions. Ils suivent. Seule l’expérience vécue est parfois plus primaire encore. Mais on sait que toutes les opinions ne sont pas le fruit de l’expérience. Toute action est la conséquence d’une prise de conscience. Il n’y a pas d’acte véritablement impulsif. L’intelligence intervient toujours » (1926). 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Djamal Amran 04/08/2015 15:33

C'est donc cette nature irréductible de la "conscience" collective, à l'état d'esprit et à la volonté de chaque individu, qui rend imprédictible le moment précis et inéluctable, de son basculement en une volonté supra individuelle incarnée dans l'action.