Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

DR

 

 

Par Yasmine Saïd, 23 août 2013

 

Les salariés de l’usine Michelin, qui ont repris le travail mardi après plusieurs semaines de chômage technique, n’ont pas tous reçu de proposition de reprise par l’entreprise Cevital.

Même si Cevital et Michelin Algérie avaient promis que l’accord entre les deux entreprises, en vue de préparer le départ de Michelin et la fermeture de l’usine de Bachdjerrah, serait «socialement responsable» et que tous les salariés recevraient une proposition d’emploi, ce n’est pas le cas. «Tout  le monde n’a pas reçu de proposition», affirme une employée de l’usine. Ceux qui en ont reçu n’ont eu qu’une offre orale et aucun contrat écrit. «Un collègue a passé un entretien, raconte un homme d’une trentaine d’années. Cevital lui a offert un salaire inférieur de 30 000 DA à ce qu’il touche aujourd’hui.» Une jeune femme confirme : «On a offert un poste à un ouvrier. C’était à l’usine de Sétif, payé 30 000 DA par mois. Chez Michelin, il en gagnait 50 000.»

Les employés sont découragés, un cadre aurait affirmé que les salaires de Michelin étaient bien trop «hors barême» pour Cevital. La plupart des employés sont poussés à prendre la prime de départ volontaire. «Ce n’était pas notre choix. On y est forcés», souffle un manutentionnaire. De leur côté, les salariés chargés du commerce, et qui ne dépendent pas de l’usine, attendent toujours une réponse de la direction de Michelin Algérie quant à leurs revendications. Ils demandent le droit au même choix que les employés de l’usine.    

Source: El Watan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article