Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La tension va crescendo, si l’on en juge par les unes des journaux qui rappellent les pires moments de l’escalade de l’été 2008 qui avait culminé aussi en août. Un vieil ami d’Oran m’écrit aujourd’hui : « Ici il y a une situation spéciale où se conjuguent ramadhan, chaleur étouffante, vacance totale du pouvoir, terrorisme, insécurité ». 

 

Aujourd’hui, avec les attentats quotidiens, la fureur médiatique a chaque matin du grain à moudre fournie par le parti terroriste. Cette montée en puissance des alarmes médiatiques a été amplifiée par l’attentat suicide de Tizi-Ouzou qui a suscité des inquiétudes réelles parmi les populations des grands centres urbains, y compris dans la capitale. La tâche que se sont assignés la plupart des quotidiens semble être d'entretenir les alarmes sur l’imminence du danger dans les centres urbains, jusqu'à l'exploitation hâtive de la découverte d’une bombe artisanale à Bouira, ville déjà marquée par le traumatisme d’août 2008.

 

Le moteur de cette tension médiatique est ouvertement l’idée que la politique d’apaisement qui a permis le désarmement des principales formations terroristes est un échec. A mon avis, la nécessaire polémique politico-médiatique ne devrait pas aller trop loin dans l’exagération. S’agissant du terrorisme, nous sommes quand même sortis du cauchemar des années 90 !

 

 

« L’intégrisme n’a pas été battu, bien au contraire il est toujours vigoureux », affirme les éditorialistes. Il ne faut pas mélanger. La religiosité populaire est bien sûr plus épanouie, plus large, aujourd’hui qu’elle est débarrassée de l’hypothèque intégriste. Bien sûr on ne peut parler que de ce qu'on a vécu. En mai dernier à Jijel, le vendredi lorsque je sortais de ma maison, juste à la fin de la prière, les nombreux fidèles du quartier, qui utilisent mon trottoir faute de place à la mosquée proche, sourient et bavardent avec le communiste. Dans les rues, bien sûr qu’il y a des salafistes, ils sont reconnaissables mais ils  ne sont pas vraiment nombreux, ni armés de couteaux entre les dents !

 

 

Sauf si derrière la relance du débat sur l’échec ou non de la politique de réconciliation, se trouve l’inquiétude de voir émerger, au lieu et place de l’actuelle coalition RND-FLN-MSP chargée du gouvernement, une alternative inédite avec notamment des forces politiques issues de la mouvance de l’islamisme politique qui disent accepter le cadre démocratique et l’alternance.

 

 

Pourquoi ne pas revenir au débat politique, avec la population. Il faut arrêter de jouer avec le feu et mettre en échec les calculs du parti terroriste. La population attend aussi des éclaircissements et des initiatives de l'ANP.  

 

S. A.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article