Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

C'est ce qu'affirme Zahia Mokhtari avocate du père de Mohamed Merah qui explique aujourd’hui dans El Watan le motif de la plainte contre les irrégularités de l’opération qui a

conduit à sa mort. Le père du défunt estime que son fils aurait pu « comparaître devant un tribunal et avoir droit à un procès équitable ».

 

Extraits de l’interview réalisée par Mehdia Belkadi.

 

 

Avez-vous des preuves de ces irrégularités ?

Nous n’avons accepté de porter l’affaire devant la justice que lorsque nous avons eu en notre possession des preuves tangibles des irrégularités ayant accompagné l’opération. La plainte est basée sur ces preuves. Nous avons des témoignages de personnes ayant assisté à l’assaut, dont je m’abstiens de citer l’identité et la fonction, et des images concrètes de l’opération qui ne présentent aucun doute. Elles seront présentées à la justice française qui est habilitée à les étudier et c’est à elle de trancher.

 

 Peut-on savoir comment vous les avez obtenues ?

J’en ai eu possession de la part des parties qui m’ont chargée de prendre l’affaire en main. Je ne peux pas divulguer mes sources. Mais une fois devant la justice, notre collaboration sera totale.

 

Une autopsie a-t-elle été réalisée ?

Non, aucune autopsie n’a été faite. Justement, les évènements se sont enchaînés et les choses se sont déroulées de manière trop rapide et n’ont pas été soumises aux procédures légales. C’est ce qui révolte le père du jeune homme, mais également tout homme de loi et toute personne attachée au droit. Tous ceux qui ont suivi de près l’affaire, dont des Français et une magistrate française, et qui ont l’audace d’en parler librement, dénoncent que l’affaire est entachée d’irrégularités et soutiennent que Merah aurait pu être arrêté et jugé.

 

- L’affaire sera portée devant un tribunal français…

Merah est français, son assassinat s’est fait en France, tout s’est déroulé en France, par conséquent nous nous adresserons à la justice française. Le droit nous le permet comme il permet aux Français de recourir à la justice algérienne en vue d’un accord entre les deux pays.

 

Texte intégral de l’interview : El Watan.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article